Un accord cadre pour la participation de l’Albanie aux missions de l’UE

Arrivée des soldats albanais pour Eufor Tchad (crédit : ministère Français de la Défense / Eufor Tchad)

(BRUXELLES2) Les 27 vont avaliser, lundi, un accord cadre pour la participation de l’Albanie aux opérations de gestion de crises menées par l’Union européenne, sur le même modèle que ceux signés précédemment (notamment avec le Montenegro).

Cet accord permet de ne pas négocier au cas par cas une participation du pays à une mission. Mais de régler, par avance, l’essentiel des questions : statut du personnel, responsabilité, chaîne de commandement, discipline, contribution financière…

On se rappelle que la participation de l’Albanie à la mission au Tchad avait traîné en longueur, notamment pour des questions financières. L’Albanie participe à plusieurs missions de l’Union européenne, notamment Eufor Althea en Bosnie-Herzégovine. Il faut préciser ainsi que cet accord ne porte que « sur les opérations futures de gestion de crises qui seront menées par l’UE et (donc) s sans préjudice (des) accords existants régissant la participation de la République d’Albanie à une opération de gestion de crise de l’UE qui a déjà été déployée ».

L’UE a déjà signé ou s’est mis d’accord sur des accords-cadres avec une dizaine de pays : Canada, Islande, Norvège, Turquie, Ukraine, Croatie, Montenegro, et tout récemment les Etats-Unis. L’accord avec la Serbie doit être encore paraphé.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

2 pensées sur “Un accord cadre pour la participation de l’Albanie aux missions de l’UE

  • 22 mai 2011 à 14:30
    Permalink

    L’Union européenne multiplie des accords qui ne présentent pas nécessairement un caractère nécessaire !

    Alors que le nombre de foyers de crises graves requiert de ses membres qu’ils la dote enfin des attributs les plus coercitifs de la puissance, cette évolution confirme qu’ils en font plutôt une ONU bis !

    Il n’est pas étonnant que les citoyens européens à qui on joue ‘la vérité si j’mens’ un peu sur tous les registres regardent ailleurs !

Commentaires fermés.