Grave incident entre la Géorgie et l’Ossétie du sud (Maj2)

Grave incident entre la Géorgie et l’Ossétie du sud (Maj2)

Share

Observateur EUMM en patrouille à Gremiskhevi - archives (Crédit : EUMM Georgia)

(BRUXELLES2) Plusieurs jeunes adultes, « partis cueillir des plantes » près de la ligne de démarcation avec l’Ossétie du sud, dans le district de Sachkhere, ont été pris à partie aujourd’hui (mercredi 18 mai) par les forces sud-ossètes. Ils ont fui alors que celles-ci ont cherché à les appréhender. Mais les forces sud-ossètes ont tiré. L’un d’eux âgé de 17 ans a été grièvement atteint, et reste hospitalisé – selon les autorités géorgiennes – dans une situation grave. Un autre a été blessé plus légèrement. Quatre autres adultes ont cependant été fait prisonniers et sont actuellement retenus par les forces sud-ossètes.

Pour le gouvernement géorgien, qui vient de faire une déclaration, il s’agit d’une « grave violation du cessez le feu ». Il met directement en cause la Russie « qui poursuit ainsi une politique visant à déstabilisant et terroriser la population locale » et « cherche à provoquer l’escalade des tensions ». C’est le plus grave incident depuis mars 2009.

Aucun commentaire officiel n’a encore été fait par les observateurs européens présents sur place (EUMM Georgia). Mais ils n’ont pas accès normalement au territoire sud-ossète. Et il faudra sans doute passer par la médiation russe pour obtenir un déblocage de la situation.

(mis à jour) « Nous sommes en train de vérifier les circonstances de cet incident » affirme-t-on à EUMM. « Il y a des rapports contradictoires. Et nous ne ferons aucun commentaire avant d’en savoir plus » Une patrouille locale d’EUMM, venant de la base de Gori, accompagné d’un responsable de la mission s’est rendu sur place, mercredi, pour parler aux habitants et chercher à parler à ceux qui ont été impliqués dans l’incident pour connaître les circonstances. Et une réunion, ad hoc, s’est tenue jeudi à Dvani dans le cadre de l’IPRM (l’instance de règlement des conflits), avec des réprésentants géorgiens, russes et sud-ossètes. A cette occasion, les 4 Géorgiens détenus lors de l’incident, ainsi qu’un autre détenu quelques jours plus tôt ont été libérés, a confirmé un porte-parole d’EUMM. Mais l’état du blessé reste critique, a regretté EUMM qui a condamné cet incident.