Les budgets de défense diminuent en Europe, le poids franco-britannique se renforce…

Destruction d'armes par la mission européenne EUFOR Althea à Krajlovac (crédit : EUFOR Althea)

(BRUXELLES2) La dernière livraison des chiffres du SIPRI mérite qu’on s’y arrête car elle montre que la crise économique a atteint les budgets de défense de façon très différenciée dans le monde en 2010. A partir des chiffres fournis par le Sipri, ‘B2’ s’est particulièrement penché sur les budgets européens (Europe géographique et UE), en faisant tourner, non pas les tables … mais les tableurs. Synthèse du résultat ci-dessous.

Progression différenciée au niveau mondial

Au niveau mondial, c’est la progression la plus faible des dépenses militaires en dix ans (1,3% en termes réels). Mais avec des différences : l’Asie (– 1.4%, 314 M$) et surtout l’Europe (-2,8%, 382 M$) sont particulièrement touchées. Tandis que les dépenses continuent d’augmenter au Moyen-Orient (+2,5%, 104 M$), en Afrique (+5,2%, 30,1 M$) et, plus étonnamment, en Amérique latine (+ 5,8%, 63,3 M$).

Les Etats-Unis confortent leur avance. Si les dépenses des USA ont moins progressé en 2010 (+2,8% contre 7,4% en moyenne dans les dix dernières années), en masse, elles pèsent encore plus. L’augmentation des dépenses mondiales est, en effet, principalement due à l’augmentation du budget américain (19,6 milliards sur 20,6 milliards $).

Chute des budgets en Europe, mais pas partout…

Les budgets de défense ont drastiquement été réduits l’année dernière en Europe, particulièrement en Europe centrale et orientale, où la diminution atteint parfois un quart. Quatre pays sont principalement concernés : la Bulgarie (- 27%), la Lettonie (- 26%), l’Estonie (- 23%), l’Albanie (-20%). Quatre pays ont réduit de plus de 10% leurs dépenses : la Slovaquie (- 17%) la Lituanie (-15%), la Grèce (- 11%), la Hongrie (- 10%).

A l’inverse les pays de la bordure orientale de l’UE augmentent leur budget : + 12% (+21% en monnaie locale) pour l’Arménie, + 7% (+15%) pour le Belarus, +3% (+13%) pour l’Ukraine. Mais il n’y a pas qu’eux ! On peut noter aussi, au sein de l’Union européenne, les augmentations nettes de quatre pays : Danemark et Pologne (+ 6%), Portugal et Chypre (+ 8%).

NB : il s’agit de l’évolution des budgets 2010/2009 en monnaie nationale sur l’année calendaire

Au niveau des chiffres, on peut remarquer que trois pays en Europe géographique sont dans le peloton de tête : le Royaume-Uni (59,6 M. $), la France (59,3 Milliards $) … et la Russie (58,7 milliards $). La Russie augmente régulièrement son budget militaire et devrait donc dépasser, en termes absolus France et Royaume-Uni d’ici quelques années.

Evolution en dix ans, Le poids franco-britannique se renforce

Si on étudie l’évolution des budgets militaires depuis 10 ans, en prenant comme base départ l’année 2000, on constate quelques évolutions de 2000 à 2010 : la lente diminution, mais constante, des budgets allemand et turc également, et l’augmentation notable du budget britannique, et moindre du budget espagnol (effet Irak et Afghanistan).

Ce qui produit des évolutions stratégiques : le Royaume-Uni monte à la première ou seconde place (selon qu’on prend la base 2009 ou la base 2010) du classement européen tandis que l’Allemagne rétrograde à la quatrième place (derrière la Russie). Les budgets de la plupart des pays d’Europe centrale et orientale ont tendance à diminuer, avec une exception notable : le budget polonais qui progresse régulièrement.

Si dans l’Europe géographique, le poids du couple franco-britannique reste stable à 31%, Au niveau de l’UE, ce poids se renforce insensiblement : augmentant de 3 points en dix ans (de 38% à 41%). En revanche, au niveau mondial, le poids franco-britannique régresse de

L’Europe dans le monde : une part qui régresse en dix ans

Il est courant de dire que l’Europe devient un nain militaire au niveau mondial. Année après année, cette tendance se renforce. La Chine représente aujourd’hui le budget cumulé de la France et du Royaume-Uni ; il y a dix ans il ne pesait que le poids de l’un d’eux. Le poids du couple franco-britannique ne pèse plus que 7,6% des dépenses mondiales en 2010 là où il pesait 10,3% en 2000 à comparer au poids des Etats-Unis qui fait une évolution inverse : de 37% en 2000 à 44,1% en 2010 des dépenses mondiales.

Autre phénomène, le rattrapage russe. En dix ans, la progression est de plus de 80%, progression semblable à celles des Etats-Unis (mais en ne partant pas de la même base de départ). Les dépenses militaires de l’Arabie saoudite et de l’Inde (qui dépasse presque 10 fois plus que son voisin pakistanais) progressent sur la même période d’environ 60%.

Au Moyen-Orient, on peut observer deux évolutions importantes : l’Arabie saoudite qui dépensait le double du budget israélien en 2000 représente près de 4 fois, aujourd’hui, le budget de l’État hébreu (Nb : une évolution à pondérer, sans doute, par les relations particulières avec les USA et l’autonomie de la recherche israélienne qui permet d’avoir des armes à prix coutant là où les autres pays achètent au prix du marché). Autre progression importante, celle des Emirats arabes unis.

Tableaux à télécharger : le Top 20 mondial, les budgets des pays de l’Europe géographique (budget brut 2010 et évolution 2009/2010)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Inscrivez-vous à notre newsletter