Le ministre tchèque de la Défense démissionne

Intervention de la police militaire à la télévision tchèque le 12 mars (crédit : CTK)

(BRUXELLES2) Le ministère tchèque de la Défense, Alexandr Vondra (du parti ODS) a proposé, lundi, sa démission au Premier ministre Petr Nečas, selon la radio tchèque. Il est soupçonné, lorsqu’il était encore ministre chargé des Affaires européennes pendant la présidence tchèque de l’UE, d’être impliqué dans une affaire de surfacturation avec la société ProMoPro, chargée durant la présidence tchèque de l’Union européenne, de la partie audiovisuelle. La facture de cette société avait grimpé, le prix étant multiplié par cinq entre l’offre de départ et le prix facturé. Le ministre a nié tout agissement frauduleux. Mais une enquête pénale a été ouverte. Et un des partis de la coalition (TOP09) au pouvoir réclamait sa démission ainsi que celle deux autres ministres.

Le ministre Vondra avait vu son étoile particulièrement ternie également par l’intervention de la police militaire, à la mi-mars, venue en tenue de combat perquisitionner à la télévision publique. Officiellement pour récupérer des documents secrets détenus par les journalistes et identifier des sources d’information du ministère de la Défense.