Le double jeu du Royaume-Uni sur le rapatriement des Européens de Libye

(BRUXELLES2) Entre le prince Andrew et ses frasques new-yorkaises, la petite débandade des SAS en Libye, tirer sur le Royaume-Uni ressemble aujourd’hui à tirer sur un boxeur KO. D’autant que le Royaume file, apparemment, un trio à l’unisson avec la France et les Etats-Unis pour frapper fort contre le dirigeant libyen. Mais cependant… Les Britanniques ne semblent pas avoir joué, franc jeu, lors de la coordination des efforts européens pour l’évacuation des ressortissants en Libye.

Plusieurs ambassadeurs s’étaient mis d’accord pour demander à Cathy Ashton de convoquer une réunion exceptionnelle du COPS, le comité politique et de sécurité, en marge de la réunion informelle des ministres de la Défense, à Budapest, sur la question de l’évacuation des ressortissants européens. Mais cette réunion n’aura finalement pas lieu. Et, pour cause. Profitant du délai de latence de la Haute représentante, les Britanniques se sont empressés de convoquer une réunion des ambassadeurs présents… à Malte autour du même sujet dans leur ambassade, prenant ainsi le lead de la coordination.

Le HMS Cumberland fera la navette plusieurs fois à Benghazi (et non le Tourville pourtant en alerte également à Malte). Ce seront des Hercules C-130 avec la cocarde tricolore (Uk) qui iront récupérer (avec des Transall allemands) les ressortissants dans le désert… Pendant ce temps, les Français n’auront que le BPC Mistral à envoyer en Tunisie. Et le superbe navire de commandement arrivera – comme la cavalerie – avec plusieurs jours de retard sur la réalité ; tous les Egyptiens ayant déjà été évacués. France : 0. Royaume-Uni : 1

La position britannique reste, en fait, la même depuis des années : tout faire pour éviter de donner à l’Union européenne des capacités supplémentaires, surtout en matière de défense. Position qui gagne du terrain – reconnaissons-le – , surtout depuis que Cathy Ashton a pris en charge le poste de Haut représentant.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Une pensée sur “Le double jeu du Royaume-Uni sur le rapatriement des Européens de Libye

  • 8 mars 2011 à 20:10
    Permalink

    En classe de philo, en 1960 (eh oui!) le traité de Rome n’ayant alors que 4 ans, nous étions tous fana d’une Europe Unie et intégrée à court terme. Notre prof, je m’en souviens comme d’hier, a calmé nos ardeurs en nous rappelant l’histoire passée et les efforts du Royaume Uni d’empêcher toute force européenne qui pourrait lui porter préjudice ou l’empêcher de favoriser son intérêt exclusif.
    Pour notre cher professeur VOISIN, ayant fait une grande part de sa carrière à Alexandrie, les Anglais (alors à la tête de l’AELE) feront tout pour empêcher l’Europe à la quelle nous rêvions. Pour lui, l’Europe ne pourra se faire que sous l’égide d’un fédérateur puissant… Au fil du temps, notre cher professeur aurait-il eu prescience de notre futur ou simplement était-il bon analyste raisonnable?
    Bien cordialement.

Commentaires fermés.