Libye : les différentes options « militaires » de l’UE à l’étude

Share

(BRUXELLES2/Exclusif) Les ambassadeurs du COPS, le comité politique et de sécurité de l’Union européenne, étaient réunis vendredi après-midi avec un sujet crucial la Libye. Plusieurs options ont été examinées qui tournent autour de deux axes. Le problème est que la planification « prudente » entamée il y a deux semaines est aujourd’hui dépassée par les évènements. Et que certaines options n’ont pas été approfondies. Il faut donc aller vite.

Le premier axe étudié au sein de l’UE est une opération de soutien humanitaire, en envisageant toutes les possibilités. Selon l’évolution de la situation, en effet, il peut y avoir des afflux de réfugiés aux frontières ou dans certaines villes « libérées », ou des besoins de soutien médical de haute (chirurgical) ou basse densité (médical), ou des besoins alimentaires. Le soutien militaire peut s’avérer nécessaire pour acheminer l’aide dans un milieu peu sécurisé et changeant. Des moyens en navires et hélicoptères pourront être nécessaires. Une mission « technique » pourrait aussi permettre de remettre en état et fonctionnement certains équipements (aéroport, communications, électricité…). Le second axe est le renforcement de l’embargo sur les armes : embargo qui pourrait passer par une surveillance maritime.

En matière de mise au point de ces options, il reste encore « un peu de travail ». Il faudra passer par toute la voie de planification : concept de gestion de crises (CMC), Conops, OpPlan, Décision. Mais pour accélérer le travail, les ministres pourraient décider d’une option majeure qui vaudra CMC. Ce qui permettra de gagner une étape. Certains experts n’ont d’ailleurs pas exclu de travailler ce week-end pour peaufiner certaines des options.