Réfugiés à la frontière lybienne. L’opération Pegasus II déclenchée

Réfugiés à la frontière lybienne. L’opération Pegasus II déclenchée

Share

(mis à jour ven 15h)

Réfugiés arrivant à l'aéroport de Djerba, Tunisie, 3 mars (crédit : Commission européenne / EBS)

Les ambassadeurs du COPS, le comité politique et de sécurité de l’UE, sont réunis en ce moment avec sur la table la question de l’évacuation des étrangers se trouvant à la frontière tunisienne. Selon nos informations, plusieurs pays ont signalé vouloir participer à l’opération d’évacuation des réfugiés et personnes déplacées qui se pressent à la frontière tunisienne : la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, Malte, la Grèce….

Réunion de la plate forme de crises

La coordination de ces moyens sera assurée au Service diplomatique européen, par Agostino Miozzo, le directeur du département « réponse de crises ». Une réunion de la plateforme de crises est prévue vendredi après-midi (4 mars). « Nous avons suffisamment d’avions pour l’instant. Et l’aéroport de Djerba est engorgé » a déjà commenté un diplomate européen. Et il est « préférable pour le moment d’utiliser la voie maritime« . Mais c’est au sein du mécanisme de protection civile européen (MIC) et de l’Office européenne d’aide humanitaire (ECHO) qu’est assurée la coordination humanitaire et des moyens d’évacuation.

Des équipes européennes de coordination, engagées sur place en Libye, Egypte et Tunisie

Une équipe de 6 personnes de la protection civile européenne est actuellement déployée à la frontière Tunisie-Libye pour coordonner les opérations d’évacuation, et soutenir l’effort des organisations internationales (OIM et UNHCR), a précisé aujourd’hui un porte-parole de la Commission. Selon nos informations, trois autres équipes de l’Office européen d’aide humanitaire (ECHO) ont été déployées pour coordonner l’aide humanitaire : 2 du coté égyptien, 6 du coté tunisien, et 2 en territoire libyen, Benghazi.

NB : si cette opération n’a pas encore reçu un « petit nom », certains pays comme l’Allemagne ont donné le nom de code « Pegasus » à l’opération d’évacuation des ressortissants européens de Libye. Le terme de « Pegasus II » pourrait donc être repris pour l’évacuation des autres ressortissants.

Moyens engagés : Un pont aérien et maritime pour évacuer les réfugiés de Tunisie (Ce papier va être remis à jour dans la journée)