L’exfiltration tourne mal. 3 militaires néerlandais otages du régime de Kadhafi en Libye

L’exfiltration tourne mal. 3 militaires néerlandais otages du régime de Kadhafi en Libye

Share

L'hélicoptère Lynx (crédit : marine néerlandaise)

L’opération d’évacuation des ressortissants néerlandais n’a pas été sans danger. Trois militaires néerlandais sont actuellement retenus en « otage » par le régime libyen, comme le révèle le quotidien néerlandais « De Telegraaf ». Information confirmée par le ministère de la Défense néerlandais.

Les militaires avaient décollé de la frégate Hr. Ms. Tromp (F-803) déployée au large de la Libye, à bord d’un hélicoptère Lynx pour aller « récupérer » deux ressortissants (Un Néerlandais et un autre dont la nationalité n’est pas connue) à Syrte, à 450 km environ de Tripoli. Mais quand ils ont été posé, ils ont été, peu à peu, entourés d’une foule hostile et n’ont pu se dégager. Les 3 militaires et les 2 civils ont été arrêtés, et l’hélicoptère confisqué. Si les deux ressortissants civils (un Néerlandais ) ont été remis à l’ambassade néerlandais à Tripoli – ils ont quitté le pays hier (mercredi) – les trois militaires sont toujours retenus en otage.

Ce qu’on craignait est ainsi arrivé. Le régime de Kadhafi détient ainsi un levier important sur les pays européens. Outre l’hélicoptère qu’il peut tenter de monnayer contre les Mirage qui ont atterri à Malte, ou à défaut d’utiliser contre les rebelles, on peut penser qu’il va monnayer chèrement la libération des trois militaires qui ne semblent couvert par aucune convention internationale ni résolution des Nations-Unies (on présume qu’ils n’avaient pas de visa). Cette affaire vient rappeler que l’évacuation des ressortissants, les « exfiltrations » comme le mentionne un ministre européen, n’est pas une affaire facile. Un Hercules C-130 britannique a d’ailleurs été l’objet de tirs lors de l’opération de récupération des ressortissants dans le désert, aucune personne n’a été blessée.

NB : Le Tromp qui devait se rendre sur l’opération anti-piraterie avait été dérouté. Déjà dans la mer rouge, il avait – un des premiers navires – à repasser le Canal de Suez pour aller au large des côtes de Libye. Les marines néerlandais s’étaient illustré par leur mode « action » pour libérer des navires dans l’Océan indien, le Taipan en avril 2010 (c’était le Tromp qui était à la manoeuvre), le New York Star en janvier 2011 (c’était le De Ruyter qui était en action).