Conflit en Libye : le BPC Mistral et 2 frégates à disposition de l’UE

Conflit en Libye : le BPC Mistral et 2 frégates à disposition de l’UE

Share

Le Georges Leygues et sa garde d'honneur (Crédit : marine nationale / GL)

(A Budapest) Alain Juppé, le ministre de la Défense français, devait l’annoncer à ses homologues européens selon nos informations. La France va mettre à disposition de l’UE pour les opérations d’évacuation des Européens/Etrangers de Libye, trois navires : le Batiment de projection et de commandement (BPC) Mistral (L 9013), les frégate anti-sous marine type F-70 Georges Leygues (D-640) et la frégate type F-67 Tourville (F-610) (ce bâtiment devait participer à l’exercice de l’OTAN « Noble Mariner »), ainsi qu’un Airbus A340.

L’aide de l’UE est coordonnée à Bruxelles, coté civil, par la cellule de crises de la protection civile (MIC) et, coté militaire, par l’Etat-Major militaire (EMUE).

L’objectif est de permettre et parfaire l’évacuation de tous les ressortissants européens (et hors UE étrangers) de Libye. Mais il n’est pas interdit de penser à d’autres objectifs comme de parfaire l’embargo sur les armes (comme le prévoit une initiative de résolution franco-britannique au Conseil de sécurité de l’ONU).

Un bateau bien doté pour les opérations et un équipage bien entraîné pour les évacuations

Le BPC Mistral est une plateforme de commandement multinationale. Long de 199 mètres, large de 32 mètres, jaugeant 16.500 tonnes et pouvant se déplacer à 19 noeuds, il peut emporter jusqu’à 16 hélicoptères (NH90 ou Tigre) et peut mettre en œuvre des chalands de débarquement (4 CTM pour le Transport de Matériel ou 2 LCAC, engins de débarquement sur coussin d’air. Sa « zone PC », modulable de plus de 850 m², 150 stations de travail peuvent être déployées à bord au profit d’états-majors de conduite d’opérations. Il dispose surtout d’une capacité hospitalière conséquente, un véritable hôpital embarqué qui peut accueillir simultanément 8 blessés en réanimation, dispose de 2 blocs opératoires, de 7 lits de soins intensifs et de 62 lits d’hospitalisation. Son équipage est particulièrement entraîné pour les évacuations. Il vient de participer à un exercice d’évacuation de ressortissants, fin janvier en Corse, en liaison avec le 2eme Régiment Etranger Parachutiste. Il devait assurer la formation-école « Jeanne d’Arc » avec le Georges Leygues.

Quant au Tourville, il revient d’une mission dans l’Océan indien (il était à Djibouti il y a quelques jours) après avoir participé à plusieurs exercices : avec la marine franco-indienne puis avec les forces des Emirats arabes unis (en Mer d’Arabie).