En Libye : « il n’y a pas d’évènement » qui justifie la clause de protection temporaire

Share

L’ouverture de la clause de protection temporaire pour accueillir des réfugiés ou personnes déplacées libyens n’est pas d’actualité à écouter le porte-parole de Cecilia Malmström, la commissaire européenne chargée des Affaires intérieures. Celui-ci vient d’estimer, lors de l’habituel briefing de la Commission européenne, que cette « question est purement hypothétique. On n’est pas devant un évènement qui justifie cela. (…) La décision ne peut pas être prise avant que les évènements se déclenchent. » ! Et d’ajouter : cette clause « n’a jamais été utilisée » (*). Devant l’énormité de l’analyse complètement détachée du niveau politique, un autre porte-parole a tenu à préciser que l’évènement déclenchant est l’afflux migratoire sur un territoire européen, « ce qui n’est pas le cas actuellement ».

(*) La directive adoptée en 2001 fait suite aux évènements en ex-Yougoslavie : Croatie, Bosnie, Kosovo, … où la « clause » a été appliquée avant la lettre