Troubles en Egypte. L’unité consulaire de l’UE en alerte

Un C130 Grec en Géorgie, 2008 (crédit : ministère grec de la Défense)

Même si l’Union européenne n’est pas automatiquement en première ligne, en matière consulaire, l’unité consulaire est en alerte à Bruxelles. Objectif : échanger les différentes informations sur la situation sur place, bien sûr, préciser les différentes « recommandations voyages » des Etats membres et les dispositifs mis en place en matière consulaire (renforcement des effectifs sur place, éventualité d’évacuation). « La coordination est en cours entre le SitCen (le centre de situation et d’analyse de l’Union européenne) et les différents ministères » m’a-t-on précisé. Et « une téléconférence (entre tous les acteurs) est prévue lundi ».C’est un peu le baptême du feu pour le nouveau directeur du SitCen, le Finlandais Ilka Salmi.

Précisons que selon le tableau de permanence, c’est la délégation de l’UE au Caire qui assure la représentation de l’UE sur place. Mais que 25 des 27 Etats membres ont leur propre ambassade au Caire (seules exceptions : le Luxembourg et l’Estonie).

L’évacuation des citoyens s’organise

Certains pays ont décidé de procéder, sans attendre, à une évacuation d’urgence des ressortissants qui le désirent. La Turquie a prévu d’envoyer déjà 5 avions civils et l’Inde un avion pour rapatrier les volontaires. Tandis que les Etats-Unis entament les rotations dès lundi (on estime à 90.000 le nombre de citoyens américains). Le gouvernement philippin prépare, lui, un plan d’évacuation par bus et bateau et a renforcé ses équipes sur place.

Mais coté européen, la décision n’est pas encore prise

Coté de l’Union européenne, rien n’est encore prévu. Le ministère britannique des Affaires étrangères a ainsi conseillé à ses ressortissants de quitter le pays, par leurs propres moyens. Mais une équipe du Foreign Office est partie vers l’Egypte pour renforcer le staff consulaire national. Plusieurs autres pays ont déjà fait (ou vont faire) de même.

Seule la Grèce a réagi vite. Le gouvernement a décidé d’envoyer deux avions militaires pour procéder à l’évacuation des ressortissants qui le désirent. Nb : La Grèce nous a déjà habitués à ce genre de décisions rapides, par exemple lors des incendies en Israel.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).