La nouvelle mission néerlandaise en Afghanistan approuvée

Le gouvernement néerlandais a finalement trouvé l’appui des petits partis D666, GroenLinks et Union chrétienne nécessaire à l’envoi d’une nouvelle mission en Afghanistan, plus centrée sur la formation des policiers. La mission a été approuvée à quelques voix par cette majorité de circonstance (76 pour, 69 contre).

Il a donné plusieurs garanties, qui sont plus politiques qu’opérationnelles, pour faire taire les critiques : 1° selon une lettre envoyée au Parlement, il a ainsi assuré que la mission aura un caractère « purement civile » ; 2° les agents formés en Afghanistan ne seront pas déployés par l’armée afghane dans la lutte contre les talibans. Le Premier ministre Rutte en a obtenu « l’assurance absolue » du gouvernement afghan ; 3° La formation dispensée par les Néerlandais au sein de l’OTAN sera plus longue (18 semaines) que la formation « standard » de l’OTAN (6 semaines). Et un accent spécifique sera mis sur des questions comme les droits de l’homme et la dignité humaine. 4° Plus concrètement, une vingtaine d’experts civils supplémentaires pourrait participer à la mission.

Cette décision n’en finit cependant pas d’agiter la scène politique néerlandaise. Elle pourrait couter son poste à la chef du parti vert, Me Sap, qui fait l’objet d’une motion de censure de son parti (débat le 5 février).

Lire également :