La marine sud-coréenne passe à l’assaut et libère un navire des mains des pirates

La marine sud-coréenne passe à l’assaut et libère un navire des mains des pirates

Les militaires sud-coréens sont passés à l’assaut dans le Golfe d’Aden. Dans une opération inédite jusqu’ici pour la Corée du Sud, les forces spéciales ont libéré le Samho Jewelry, un navire norvégien battant pavillon maltais, capturé par les pirates en mer d’Arabie, samedi dernier.

Les 21 membres de l’équipage – dont 8 Coréens, 2 Birmans et 11 Indonésiens – ont été libérés, apparemment sains et sauf. Mais cela n’a pas été sans pertes du coté des ravisseurs, comme l’a confirmé le général Lee Seong-ho dans une conférence de presse à Séoul ce matin. Les sud-coréens n’ont pas été tendres. Huit pirates ont été tués dans l’affrontement, les cinq autres ont été appréhendés.

L’opération a été décidée, a-t-il indiqué à nos confrères coréens, car »nous avions reçu des indications (données par d’autres forces internationales) qu’un bateau mère avait quitté un port somalien » avec des renforts pour les pirates. Des tirs d’avertissement ont été opérés alors sur mer, par le destroyer, et, dans les airs, par un hélicoptère Lynx. Puis les forces spéciales sont passées à l’assaut, prenant pied, en silence, sur le pont. Les pirates auraient alors opposé une résistance, à l’aide de leurs fusils AK47 et de RPG. Les militaires sud-coréens ont répliqué immédiatement.

Le récit des opérations

L’opération avait commencé dès la prise du navire la semaine dernière, selon le récit qu’en fait l’agence de presse nationale Yonhap. Sur ordre du gouvernement et de son chef d’Etat major, le destroyer sud-coréen Choi Young, avec 300 hommes à bord, qui patrouille dans le golfe d’Aden quitte sa position et se dirige vers l’Est à la poursuite du navire détourné.

En route, le destroyer échange des coups de feu avec les pirates somaliens pour tenter d’empêcher les pirates de capturer un cargo mongol à proximité, mercredi. Cet échange de tirs occasionne des pertes chez les pirates. Plusieurs pirates sont « portés disparus et auraient été tués » selon les autorités coréennes. « Trois soldats sud-coréens sont blessés légèrement ». Ainsi que le capitaine du navire. Mercredi toujours. un navire suspect, battant pavillon iranien, s’approche du Samho Jewelry. Les forces sud-coréennes le stoppent. Un navire de la marine omanaise arrive sur les lieux en renfort.

Le Samho Jewelry aux mains des pirates quitte la zone et commence à se diriger vers la Somalie. Il est pisté à distance. Les forces sud-coréennes arraisonnent le navire iranien.  Mais celui-ci est relâché ; il n’y a « pas de connexion avec les pirates somaliens » estiment les autorités. Les soldats sud-coréens blessés sont évacués vers un hôpital d’Oman. Finalement, c’est vendredi (21 janvier) que les forces spéciales interviennent.

NB (mise à jour 23 janvier) : des 7 navires qui transportaient des marins sud-coréens capturés par les pirates, il ne reste (pour l’instant) en leur possession qu’un bateau de pêche sud-coréen, le Geummi 305 (alias Golden Wave, capturé le 9 octobre avec un équipage de 43 marins) utilisé comme bateau mère. Les autres, excepté le Samho Jewelry ont, tous, été libérés par le paiement d’une rançon. Les pirates ont menacé, dimanche, de s’en prendre aux marins sud-coréens qu’ils détiennent, en guise de représailles.

Lire également :