5 pirates supplémentaires vont être jugés aux Pays-Bas

Crédit : ministère de la Défense néerlandais

Cinq pirates somaliens ont été rapatriés, dimanche, aux Pays-Bas pour être traduits devant la justice néerlandaise. Les cinq hommes, âgés entre 20 et 30 ans, sont accusés d’avoir attaqués un yacht sud-africain, le Choizil, début novembre. Le yacht avait été secouru par la force anti-piraterie de l’union européenne au large des côtes tanzaniennes : le skipper avait pu être sauvé mais pas un couple sud-africain, toujours aux mains des pirates somaliens. L’interrogatoire du skipper a cependant permis d’obtenir des informations sur les suspects. Et à deux reprises, dans les jours qui ont suivi, les 19 et 24 novembre, les marins du navire néerlandais Amsterdam ont arrêté des suspects, une vingtaine au total.

Enquête sous contrôle du procureur et déplacement d’un juge

L’enquête des inspecteurs de la Maréchaussée royale à bord du navire a permis de retenir des charges précises contre 5 pirates, les 15 autres ont été relâchés. Les charges et libération ayant été prononcés par le ministère public néerlandais. Un juge de la Cour de district de Rotterdam (compétente en matière maritime), s’est même déplacé sur Hr. Ms Amsterdam pour entendre les 5 suspects concernés et étendre la détention provisoire. Un KDC-10 de la Royal Air Force a atterri, dimanche, à la base aérienne d’Eindhoven, avec à son bord les 5 suspects, confirme le ministère de la Défense. Ils ont été remis aux autorités pénitentiaires néerlandaises.

C’est la deuxième fois que des pirates sont rapatriés aux Pays-Bas pour y être jugés.

(1) Le skipper sud-africain sain et sauf. Récit d’un week-end mouvementé

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).