L’enfant du Tanit, pupille de la Nation

(B2) Les enfants victimes d’actes de piraterie se verront reconnaître le statut de « pupille de la nation ». Et cette disposition est rétroactive au 10 novembre 2008, est-il précisé dans le projet de loi voté par l’assemblée nationale en première lecture. Cette disposition bénéficiera donc, à l’enfant du Tanit, dont le père, Florent, a été tué accidentellement par une balle d’un commando français, en avril 2009, en plein Océan indien. C’était une promesse du ministre de la Défense à la famille de l’intéressé.

(1) Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).