La présidence hongroise approche, le premier calendrier connu

Le calendrier de la présidence hongroise commence à être connu et, surtout, à circuler. Les Conseils des affaires étrangères se dérouleront (c’est une tradition) un lundi par mois : 31 janvier, 21 février, 21 mars, 18 avril, 20 juin. La date du 23 mai doit encore être confirmée, ainsi que son format (Affaires étrangères, défense et développement, normalement).

Coté informelle, la réunion informelle des ministres de la Défense se déroulera le 24 et le 25 février en Hongrie tandis que celle des ministres des Affaires étrangères (gymnich) se déroulera les 11 et 12 mars. Un dîner réunira les ministres du développement le 20 février (à la veille du Conseil des ministres). La réunion informelle du Coreper II aura lieu du 27 au 29 mai (au lendemain du sommet sur le partenariat oriental), tandis que celle du COPS pourrait avoir lieu les 9 et 10 juin.

Les sommets européens sont programmés les 24 et 25 mars (sommet de printemps) et le 24 juin (fin de présidence). A noter qu’un sommet extraordinaire sera consacré au partenariat oriental le 26 mai.

Priorités en vue : élargissement et sécurité énergétique

Parmi les priorités que la Hongrie compte développer : l’élargissement particulièrement aux pays proches des Balkans, une zone sensible pour la Hongrie d’un point de vue historique, géographique et culturelle (le pays a une frontière avec la Croatie et la Serbie où vit d’ailleurs une minorité hongroise, en Voivodine) comme économique. La Hongrie milite également pour l’adhésion de la Turquie. Parmi les autres sujets, mis sur la table, citons la cohésion territoriale (au moment où s’engage la discussion sur le futur du financement européen et des fonds structurels pour après 2013), la politique énergétique, particulièrement sur la question de la « sécurité énergétique » (sujet qui devrait être poursuivi par la présidence polonaise).

En matière de PeSDC , la Hongrie ne semble pas vouloir en faire une top priorité. Elle compte oeuvrer, surtout, pour renforcer la coopération entre l’UE et l’OTAN. Cette présidence sera cependant importante pour le nouveau gouvernement hongrois au niveau international qui a certaines ambitions. La Hongrie est ainsi candidate à siéger au Conseil de sécurité de l’ONU pour 2012-2013 (Le pays n’y a pas siégé depuis 1992-93). Et il ne faut pas voir dans l’absence de priorité une absence de volonté, voire tout simplement d’opportunité.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).