Troubles à la frontière belge, le battlegroup « saxon » intervient

(BRUXELLES2) Des « troubles entre deux groupes ethniques rivaux ont éclaté », samedi, à Eksel, petite ville du Limbourg belge, apprend-on. « La situation a commencé à dégénérer, accompagnée de chants et de jets de projectiles. »

Un Battlegroup européen de permanence est intervenu. Une unité d’infanterie blindée est placée en interposition entre les deux groupes. Aidés de véhicules blindés Pandur et d’un canon à eau, ils sont arrivés à séparer les deux groupes, et ramener le calme…

J’arrête là la description car, même si les photos sont éloquentes, dans la situation actuelle belge, il vaut mieux tout de suite dire que c’est un scénario purement FICTIF. Il s’agit là d’un exercice pour les 1700 soldats néerlandais, allemands, autrichiens, finlandais et lituaniens qui s’entraînent, du coté de la frontière belgo-néerlandaise. Cet « EU battlegroup » (1) sera de permanence au premier semestre 2011 dans le cadre de la force de réaction rapide européenne.

(1) Le battlegroup « saxon » à l’entraînement

(crédits photos : Bundesheer / Ministère autrichien de la Défense).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).