Il faut une réglementation européenne sur les sociétés de sécurité privée

C’est le sentiment de l’eurodéputée verte allemande Franziska Brantner qui s’est confiée à quelques journalistes (dont j’étais). « On ne peut pas développer d’un coté une politique étrangère et, en même temps, vouloir une Europe de la Défense, sans s’attaquer à cette question » souligne–t–elle. D’autant que la situation commence à devenir ubuesque. En Somalie, ainsi, « l’Union européenne avec la participation de soldats allemands, et sur un budget communautaire, soutient la formation de soldats somaliens du gouvernement tandis qu’une société privée allemande, qui compte dans ses rangs d’anciens soldats de la Bundeswehr, part former les forces d’opposition (1). » La situation en Afghanistan « est aussi préoccupante » car une bonne partie de l’aide, américaine particulièrement, est externalisée à des sociétés privées et des dérives inquiétantes sont constatées (2). « On doit légiférer » estime donc l’eurodéputée qui a bien l’intention de saisir le Parlement européen et la Commission européenne de cette question. « Car c’est au niveau européen qu’un texte encadrant cette activité serait le plus efficace ».

Commentaire : Cette revendication a une certaine logique quand on sait qu’une partie des marchés européens de défense est désormais harmonisée avec deux textes récents, l’un sur les marchés publics, l’autre sur le transfert des biens d’équipement, et une réglementation sur l’exportation des biens à double usage.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Une pensée sur “Il faut une réglementation européenne sur les sociétés de sécurité privée

  • 18 octobre 2010 à 17:25
    Permalink

    Je suis entièrement d’accord, vu que certaines sociétés privés ont pour leur but la continuation de conflit (au niveau commercial tout à fait logique, car celui leur permet d’exister), ce qui est à priori pas le but des états européen, qui essaient (bien que mal) amener les parties à la table de négociations.
    Ce qui n’est pas vraiment lié à ce sujet, mais aussi inquiétant, c’est la situation en République Tchèque, ou une nouvelles partie politique (Veci Verejne – Les affaires publiques), financé par un ancien chef d’une société privé de sécurité, a obtenu le poste de ministre des affaires intérieures (inclus la police etc.) Un domaine, largement réservé aux anciens collaborateurs de KGB voit aujourd’hui un nouveau élan…et tout ça se passe tranquillement dans un pays de l’EU…

Commentaires fermés.