1990, en Yougoslavie, le feu couve sous la cendre

1990, en Yougoslavie, le feu couve sous la cendre

Share

La ville de Jajce en Bosnie centrale a perdu la moitié de sa population en 20 ans (© NGV / Bruxelles2)

(Dossier) Dans un coin d’Europe, quelques dirigeants politiques sont cependant bien décidés à ne pas laisser faire la paix. La Yougoslavie, pourtant promise à un resserrement des liens avec l’Europe (avec en vue un accord d’association), le feu couve sous la cendre…

Le soulèvement serbe commence en Croatie, le 17 août 1990, après une attaque des forces spéciales de la police croate sur le poste de police de Benkovac contrôlé par les Serbes, ces derniers saisissent des armes des policiers de réserve et élèvent des barricades sur les routes. Les Serbes se prononcent, peu après, à 99 o/o des voix ( !) pour leur séparation de la Croatie. Quelques semaines auparavant, le 13 mai 1990, au stade de Zagreb, des incidents violents ont éclaté entre supporters du Dynamo de Zagreb et de l’Etoile Rouge de Belgrade. Incidents sciemment provoqués (1).

Le 3 septembre 1990, au Kosovo, c’est la grève générale et le début du renvoi de la plupart des Albanais des postes de l’administration (75.000 personnes seront chassées en un an de leur poste après cette grève). Le 7 septembre, après un référendum clandestin, le Kosovo promulgue adopte, dans le cadre yougoslave, la Constitution de « sa République » promis à devenir la 7e république fédérative socialiste de Yougoslavie (non reconnue par les Serbes). Une proclamation symbolique, le 28 septembre, la Serbie abolit le statut d’autonomie de sa province du Kosovo. Le parlement de la province avait déjà été dissous début juillet (2) après le placement sous état d’urgence en mars.

Le 11-12 septembre 1990, en Bosnie-Herzégovine, commencent des troubles interethniques. L’état d’urgence est proclamé.

Le 5 octobre 1990, l’armée fédérale yougoslave investit le quartier général de la défense territoriale de Slovènie, dans le centre de Ljubljana. Conséquence du refus du gouvernement slovène de placer sa défense sous le commandement de l’armée yougoslave.

(1) Les récents incidents à Rome lors du match Italie – Serbie à Gênes, le 12 octobre 2010, sont là pour rappeler que les « hooligans » de l’Etoile rouge de Belgrade ne sont pas vraiment des voyous ordinaires mais plutôt une organisation structurée qui nourrira tout au long de la guerre les groupes paramilitaires.
(2) A l’été 1990 (nous étions une équipe de 3 journalistes partis en reportage dans la région), le leader du principal parti autonomiste du Kosovo, Ibrahim Rugova, élu « président » lors des élections en septembre, avait confié à l’un d’entre nous, avoir demandé à Jacques Delors une implication plus forte de l’Europe dans la région, et de placer le Kosovo sous protection européenne. Il ne recevra aucune réponse…