Près de 1000 pirates désarmés en quelques mois

(BRUXELLES2) Selon le dernier bilan, le cap des 1000 pirates désarmés dans ces derniers sept mois par la force européenne anti-piraterie a été franchi. L’opération Atalanta a permis de démanteler 85 groupes armés. « Ce qui signifie une multiplication par cinq du nombre de pirates désarmés », a souligné la ministre espagnole de la Défense, Carme Chacon devant le conseil des ministres espagnol, le 8 octobre. Dans le même temps, 20 bateaux-mères (baleiniers) et 117 skiffs ont été saisis et détruits.

Deux navires espagnols sont actuellement engagés dans l’opération Atalanta — le navire amphibie Galicia (L-51) et le patrouilleur Infanta Cristina (P-77) — ainsi qu’un avion de patrouille maritime.

Il faut signaler également que l’Espagne a modifié sur deux points son dispositif juridique interne. D’une part pour permettre aux sociétés de sécurité privées qui peuvent fournir des services de protection à bord des navires, d’utiliser des armes de gros calibre (Le gouvernement a d’ailleurs assuré la formation de ces gardes, ainsi que leur transport sur place avec les armes). D’autre part, le délit de piraterie a été réintroduit dans le code pénal (par une loi du 22 juin).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).