Le collège européen de Défense fête ses 5 ans, malgré des promesses non tenues !

(BRUXELLES2) Dispositif peu connu de l’Europe de la défense, le collège européen de Sécurité et de défense fête ces jours-ci ses 5 ans. Un séminaire réunira, mercredi à Bruxelles plusieurs responsables européens, autour de Javier Solana, l’ancien Haut représentant de l’UE, et de Karl Von Wogau, ancien président de la sous-commission défense du Parlement européen. Près de 2500 personnes sont passées sur les bancs du collège pour suivre diverses formations : initiation à la PESD, communication… Un beau résultat pour une entité, véritable « collège virtuel » qui fonctionne surtout en réseau, avec les différentes universités, académies, collèges et instituts nationaux (l’Autriche et la Grèce prêtent par exemple un concours actif). Mais avec de faibles moyens permanents.

Des promesses non tenues

Les 27 avaient bien promis, il y a 2 ans (1), de renforcer ses moyens en faisant passer ses effectifs permanents à 7 ou 8 personnes, en lui donnant la personnalité juridique et des moyens financiers supplémentaires. En l’état, peu de promesses ont été tenues. Le collège fonctionne toujours avec 2 (lisez : deux !) permanents et fonctionne grâce à la « débrouille » permanente, aux contacts des uns et des autres et à l’engagement de plusieurs centres de formation nationaux (Autriche, Grèce, Belgique notamment). Mais il paraît, quand même, assez étonnant que rien n’ait été fait pour renforcer le collège, alors que tous les pays mettent en avant la nécessité de mieux coopérer, citant souvent la formation (2), et que l’engagement de mettre en place un « Erasmus militaire » a été acté en 2008. Son utilité est pourtant incontestable : il s’agit de former tous ceux qui partent en mission pour l’UE, qu’il s’agisse de missions civiles ou militaires. Et le succès est souvent au rendez-vous : on refuse souvent du monde à ces sessions.

On serait peut-être tenté de dire : moins de belles déclarations, un peu plus d’actes. Espérons que dans 10 ans, les promesses de 2008 seront enfin tenues…

(1) Les 27 d’accord pour renforcer le Collège européen de Défense

(2) Voir notamment : Informelle défense : le « in » et le « out »
et A l’est, les armées retrouvent le chemin de la coopération

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

2 pensées sur “Le collège européen de Défense fête ses 5 ans, malgré des promesses non tenues !

    • 6 avril 2012 à 11:06
      Permalink

      C’est compréhensible, mais dans le cadre du Pooling & Sharing, les installations d’entraînement et d’instruction – du genre écoles militaires, terrains d’entraînement des unités, centre de formation des pilotes, etc. – font partie des installations qui sont vues comme pouvant passer du giron national au giron européen.
      Cela supposerait une véritable culture stratégique, militaire, développée par l’UE, ce qui encore loin d’être le cas. Et le CESD pourrait aider à la formation et la formulation d’une telle culture.

      La dissolution du CESD n’entraînerait pas nécessairement un arrêt total dans l’édification de la PESD/PSDC, mais alors comment s’assurer que les écoles militaires nationales aient une légitimité suffisante pour dire ce qu’est la culture stratégique européenne et remplacer le CESD ?

Commentaires fermés.