Le « cadre de Gand »

(BRUXELLES2) Ce pourrait être le nom d’un tableau… Est-ce l’ambiance de l’abbaye Sint-Pieters où se déroulaient les travaux ou le concert de la cathédrale Saint-Bavon la veille ; en tout cas, c’est par ce terme que le ministre belge de la Défense, Pieter de Crem, a résumé les discussions confirmant que les ministres de la Défense s’étaient mis d’accord sur un « cadre de Gand ». Il s’agit de « mettre en oeuvre le traité de Lisbonne entré en vigueur (en 2009) mais qui n’a pas encore eu de traduction sur le plan militaire » a-t-il d’accord.

Les ministres de la Défense sont tous d’accord – a-il expliqué pour « demander à Me Ashton de donner mandat à l’Agence européenne de défense, faire, choisir et sélectionner des coopérations futures un inventaire de ce qui peut être réalisé ». Elle devra « évaluer les initiatives déjà prises et voir comment d’autres initiatives pourraient, à court terme, être prises pour remplir nos capacités ».Pour le ministre clairement, le contexte de la crise économique peut aider à cette redéfinition des tâches. « Nous allons nous servir des coupes franches dans les Etats membres pour coopérer mieux et sur plusieurs domaines. »

L’objectif est d’aboutir, « rapidement à des premières décisions, au conseil formel des Ministres de la Défense en novembre (ou décembre) » (1). « Tous les ministres de l’UE veulent du concret. L’agence doit entrer dans l’opérationnel. Certains Etats membres la considèrent comme une agence d’acquisitions. Ce qui n’est pas son rôle ».

Un pool d’hélicoptères

Le ministre a ensuite indiqué que, concrètement, un des projets envisagés pourrait être d’avoir un corps « (wing) d’hélicoptères multinationaux, à l’image du groupement d’avions stratégiques » (EATC) basé à Eindhoven. « Les NH90 sont interopérables. C’est un atout pour s’ancrer dans l’initiative hélicoptères. » a-t-il ajouté. Ce projet « ne viserait pas seulement à gérer les flottes du nouvel hélicoptère NH90 — m’a cependant assuré un interlocuteur au fait de ce dossier —. Il engloberait plus généralement tous les hélicoptères disponibles actuellement et déployables sur le terrain. Ce qui n’est pas poser certaines difficultés, notamment sur des conditions d’engagement ». Ce pool pourrait intervenir dans des « situations très différentes, qu’il s’agisse d’opérations militaires proprement dites mais aussi d’interventions en cas de catastrophes, d’incendies de forêts ou de recherche et sauvetage ».

(1) Le Conseil prévu le 25 novembre a été déplacé à une autre date, peut-être le 13 ou 14 décembre (à confirmer).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Commentaires fermés.