Le Berlaymont, en vacances, regarde Moscou brûler (maj)

Le Berlaymont, en vacances, regarde Moscou brûler (maj)

FeuMaisonBruleeRussie-Rus10.jpg(BRUXELLES2)Face aux incendies qui ravagent la Russie, on ne peut qu’être étonné du silence -voire du mutisme européen.

La Commission européenne n’a pas jugé bon de mobiliser la MIC – sa cellule sécurité civile. Celle-ci ne peut agir que sur « demande d’un Etat, pas de son propre chef » explique un porte-parole de la Commission européenne. « Mais nous sommes en contact régulier avec l’Emercom (la sécurité civile russe). Et Me Georgieva s’est entretenue avec Sergey Shoigu, le responsable d’Emercom  » se justifie-t-il.

Mieux ! Aucun message officiel d’offre d’assistance (« ready to help ») ni même d’inquiétude n’a été adressé aux dirigeants russes par les autorités européennes. Quant à la coordination entre Etats membres, elle est très légère et ne correspond pas au nouveau dispositif mis en place par le Traité de Lisbonne (1). Les agents du MIC sont bien présents et travaillent 24h/24. Mais il manque encore une volonté politique. L’envoi d’avions français ou italiens, est ainsi fait dans « un cadre bilatéral« , précise-t-on.

Une nouvelle fois, l’Europe n’agit pas dans une offre globale de politique étrangère mais en ordre dispersé et avec un souci d’intérêt national, avant tout. Un intérêt que les Russes connaissent et dont ils jouent régulièrement… Situation d’autant moins compréhensible que le risque de contamination n’est pas exclu, si un incendie atteint un site sensible (pas seulement nucléaire mais aussi chimique ou industriel). Et que le simple déplacement naturel des fumées pourrait menacer rapidement certains pays proches (Estonie, Finlande…) voire plus loin. Selon un dernier communiqué de la Nasa, ainsi, les fumées des incendies ont atteint la strastophère et peuvent donc se déplacer désormais très vite (pour voir la masse des fumées formées, ici).

Au dernier bilan

Selon le dernier bilan dressé par les autorités russes, au 10 août, il restait encore près de 550 foyers d’incendie sur une superficie totale de 175.000 ha (environ). Depuis le début de la période des incendies en 2010, on a recensé près de 26.000 incendies sur une superficie totale de 750.000 ha. Les autorités ont mobilisé plus de 160.000 hommes, 26.000
engins et 42 avions.

Lire également : L’aide internationale à la Russie (mis à jour)

La sécurité civile, la pièce manquante à l’UE – Puissance civile (2009)

(Nicolas Gros-Verheyde)

(crédit photo : ministère russe des situations d’urgence)