Les représentants spéciaux de l’UE prolongés. Mais pas de façon indéfinie.

(BRUXELLES2) Les différents représentants spéciaux de l’UE dans le monde vont être prolongés de six mois ou d’un an. Leurs mandats devant se terminer fin août (1), la décision devrait être adoptée d’ici le 9 août par procédure écrite par les ambassadeurs de l’UE au nom des ministres des Affaires étrangères des 27, sur proposition de la Haute représentante pour les Affaires étrangères, Cathy Ashton.

Prolongation (provisoire) pour six mois. Les représentants spéciaux pour la Macédoine – Fyrom (l’Irlandais Fouéré), la Moldavie (le Hongrois Mizsei), le Kosovo (le Néerlandais Feith), le Moyen-Orient (le Belge Otte), le Sud Caucase (le Suédois Semneby) ne seront renouvelés que pour six mois (jusqu’au 28 février 2011). Ils pourraient ne pas être renouvelés à ce terme. La prolongation du mandat pour six mois n’est pas le procédé le plus courant en effet. L’objectif de la Haute représentante est, en effet, à terme, de mettre fin à leur mandat (2), pour fusionner certains postes avec les chefs d’ambassades de l’UE ou l’existence d’autres représentants au niveau international qui représentent peu ou prou l’Europe. C’est le cas pour le Moyen-Orient, où Tony Blair est membre du Quartet, au nom de l’Union européenne.

Prolongation pour 12 mois. Les autre représentants spéciaux (Afghanistan (3), Bosnie-Herzégovine, Asie Centrale et Géorgie, Région des Grands lacs, Soudan, Union Africaine) seront prolongés d’un an (jusqu’au 31 août 2011). Avec une inconnue pour le Soudan, puisque son titulaire le Danois Torben Brylle, quitte son poste (pour l’ambassade nationale à Vienne). Son successeur aura la délicate tâche de conduire la politique européenne en pleine turbulence politique, avec le référendum sur l’autonomie du Sud-Soudan (Juba).

Discussion à poursuivre. La Haute représentante n’a pas réussi à convaincre les Etats membres d’opter pour une option plus radicale (et la suppression plus rapide de certains postes). Le léger retard pris dans la mise en place du service diplomatique et le peu d’empressement des Etats membres à lâcher un de leurs nationaux sans avoir les noms retenus pour les autres postes en jeu expliquent ce report. La négociation sur les postes sera ainsi globale entre la trentaine d’ambassadeurs de l’UE qui doivent être renouvelés en septembre ainsi que les premiers responsables du service diplomatique (le top ten) qui doivent être nommés en octobre. A suivre…

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Lire : Les représentants spéciaux de l’UE confirmés, provisoirement (+ portraits)

(2) Lire : Les représentants spéciaux de l’UE dans l’oeil du cyclone

(3) Nommé récemment à ce poste, lire : Nomination du Lituanien Usackas en Afghanistan confirmée