EU SSR Guinée-Bissau: la mission prend fin prématurément

EU SSR Guinée-Bissau: la mission prend fin prématurément

EussGuineeBissau.jpg(BRUXELLES2) Eh oui ! La décision de principe est acquise depuis la dernière réunion du COPS (1). La mission de l’UE de réforme des forces de sécurité en Guinée-Bissau va prendre officiellement fin à son terme provisoire du 30 septembre. Le CIVCOM (le comité chargé des aspects civils de la gestion des crises de l’UE) devrait plancher sur la question ce vendredi.

Une fin prématurée

Cette clôture de mission anticipée est liée aux événements politiques et militaires dans cet Etat d’Afrique de l’Ouest, considéré au niveau international comme un narco-Etat. En avril, le chef d’Etat-major (José Zamora Induta) et le Premier ministre (Carlos Gomez Junior) avaient été arrêtés (2) par un groupe de mutins dirigés par le chef d’Etat-Major adjoint (Antonio Indjai) et soutenus par le chef de la marine, le contre-amiral Bubo Na Tchute. Un personnage trouble, soupçonné de couvrir une partie du trafic de cocaïne et d’un autre coup d’Etat (raté) en août 2008. Le Premier ministre avait été ensuite libéré mais placé en résidence surveillée (3).

L’UE avait alors mis un point d’interrogation à l’avenir de sa mission. La mission EU SSR n’avait ainsi été prolongée, fin mai, que de quatre mois. Et un nouveau chef de mission, un Colonel, nommé le 1er juillet, Fernando Afonso. La confirmation du nouveau chef d’Etat-Major et le passage de fait du gouvernement civil sous la coupe du commandement militaire, a sonné le glas de l’opération européenne ; l’UE décidant de mettre fin à sa coopération avec l’ancienne colonie portugaise (1).

Une première dans l’histoire de l’Europe de la défense

C’est la première fois dans la courte histoire de l’Europe de la Défense qu’une mission s’interrompt prématurément de la sorte. Et il y a un peu d’amertume parmi les officiers qui ont participé à cette mission, notamment pour le général Esteban Verástegui, qui a été son premier chef et n’a pas ménagé ses efforts (4), avec certains résultats commençaient à se faire sentir.

Aujourd’hui, il reste encore à préciser les modalités techniques et administratives de la fin de la mission (d’où l’objet de la réunion de vendredi, qui pourrait être suivie d’autres fin août ou début septembre, le cas échéant). Sur place, dans la capitale Bissau, ne demeurent plus que 4 officiers de l’UE.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Lire : L’avenir de l’engagement européen en Guinée-Bissau discuté. Suspension de la mission EUSSR ?

(2) Un évènement qui s’ajoute à l’assassinat successif du précédent chef d’Etat-Major et du président de la République Vieira en 2009.

(3) Sans rire l’actuel président de la République, Malam Bacaï Sanha a qualifié ces arrestations « un accident tragique entre les chefs militaires des casernes qui a troublé le pays pendant quelques heures » (lire sur Afrik.com)

(4) Consulter son interview au démarrage de la mission : Mission Guinée-Bissau: « rebâtir de zéro » (Gén. Verástegui)