L’UE pointe du (petit) doigt la Russie pour la situation en Géorgie

(BRUXELLES2) Lors de son déplacement en Géorgie (1), et sa rencontre avec le président géorgien, Cathy Ashton, la diplomate en chef de l’UE a tenu à lever également le petit doigt vers la Russie. Elle a ainsi réaffirmé son soutien « ferme » à l’intégrité territoriale de la Géorgie et la non-reconnaissance de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud. « Nous continuerons de rappeler à la Russie qu’elle n’a pas respecté l’accord en six points ainsi que les mesures d’application« . « Maintenir un processus dynamique de négociation à Genève est de la plus haute importance » a-t-elle ajouté. « Nous devons prévenir la consolidation du statu quo sur le terrain« .

Elle a également visité la mission d’observation de l’UE (EUMM) – qui était le second objectif de la visite En visitant le check point d’Odzisi, Ashton voulait « constater par elle-même la situation à la limite administrative avec l’Ossétie du sud« . La diplomate en chef de l’UE s’est ensuite rendu au camp de déplacés de Tserovani pour rencontrer des Géorgiens expulsés de chez eux lors de la dernière guerre.

Le tour des missions de défense pas loin d’être bouclé

Ashton n’a pas encore tout à fait boucler son tour des missions européennes de défense. ll lui manque encore un déplacement dans les missions au Congo (EUSEC et EUPOL) et en Guinée (EUSSR – qui a du plomb dans l’aile), en Irak (EUJUST) et en Moldavie/Ukraine (EUBAM). Mais elle aura visité en un peu de plus de six mois, la plupart des missions civiles ou militaires de l’Europe de la défense ; s’étant déplacé à Northwood et aux Seychelles (Eunavfor Atalanta), dans les Balkans (Althea et Eupol Bosnie, et Eulex), au Moyen-Orient (EUPOL et EUBAM) et dans quelques jours à Kaboul (EUPOL). Ce qui rattrape ainsi des premiers pas hésitants et peu enthousiasmants.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Lire : Quelques jours bien chargés pour Cathy Ashton du Caucase à l’Afghanistan