Piraterie – l’ABC pour prévenir les attaques pirates : dernière édition !

(BRUXELLES2) Le centre anti-piraterie de l’UE (MSCHOA) vient de publier une nouvelle version des meilleurs pratiques – Best Management Practices (plus connue sous l’acronyme BMP) – pour lutter contre les attaques pirates au large des côtes somaliennes, dans le Golfe d’Aden et la mer d’Arabie. A partir des expériences collectées par les forces anti-pirates, les recommandations ont été, peu à peu affinées, pour permettre une plus grande efficacité. Ont participé à cette mise à jour 13 organisations de l’industrie maritime avec EUNAVFOR, le centre de conduite maritime de l’OTAN et le centre britannique des opérations du commerce maritime (UKMTO). 25.000 copies ont été publiées. Et l’objectif est d’en faire la documentation standard sur le pont de tout navire marchand. Il comprend tant les mesures de prévention et de connaissance des zones traversées, que celles d’auto-protection, la conduite à tenir face à des pirates (notamment la mise à l’abri dans une structure sécurisée au fond du navire) ou face à une intervention armée.

Vers un plan d’action de protection de la ZEE des Seychelles

A signaler également que tous les spécialistes de la lutte anti-piraterie se retrouvent aux Seychelles les 12 et 13 juillet à l’invitation du gouvernement de l’archipel pour élaborer un plan d’action sur les menaces maritimes dans la région. En cause notamment certains risques qui affectent la vulnérabilité de la zone économique exclusive des Seychelles : piraterie mais aussi pêche illégale ou trafic d’armes et de drogues. Devraient être présents outre les organisations internationales (Union africaine, Commission de l’Océan indien, UNODC ou Union européenne, OTAN…), plusieurs Etats comme l’Afrique du Sud, l’Inde, mais aussi la Chine, l’Egypte, les Emirats arabes unis…

(Nicolas Gros-Verheyde)