Le service diplomatique voté au Parlement européen (maj)

(BRUXELLES2 mis à jour 8 juillet) Le Parlement européen a approuvé à une large majorité (549 votes pour, 78 contre et 17 abstentions) l’avis sur la décision créant le service diplomatique. Ce texte devrait désormais être inscrit en point A à un prochain Conseil des ministres. Il reste encore à adopter le règlement financier, celui sur le personnel ainsi que le budget 2010, où le Parlement a, là, un pouvoir de codécision.

La veille (mercredi), lors du débat à la session plénière, Catherine Ashton, la diplomate en chef de l’UE, avait confirmé aux parlementaires ses engagements envers les parlementaires sur la mise en place du service diplomatique. Elle a mis en avant la « méthode communautaire » qui sera « sauvegardée » dans le cadre du service diplomatique.

Des vices haut-représentant qui ne disent pas leur nom

Elle a aussi officialisé son dispositif de représentation : les commissaires européens (Georgieva pour l’action humanitaire, Füle pour le voisinage et Piebalgs pour le développement) seront ainsi délégués pour remplacer la Haute représentante lorsqu’elle ne pourra pas être présent lors des débats parlementaires. Et « de temps en temps », ce pourra être aussi un ministre des Affaires étrangères de la présidence tournante ou du trio de présidences.

Nouveaux voyages à Gaza et Afrique de l’Est

Au passage, Cathy Asthon a confirmé qu’elle retournerait à Gaza les 17 et 18 juillet, avant la visite des ministres des Affaires étrangères (1) et également en Afrique de l’Est (sans doute en octobre) pour rencontrer les dirigeants de Tanzanie, du Kenya, Mozambique… et trouver des solutions face à la question somalienne.

Les commissions parlementaires votent

Le futur service diplomatique avait franchi sans trop d’encombre l’épreuve des commissions parlementaires. Lundi en séance de nuit, la commission AFCO (Affaires constitutionnelles) avait ainsi voté sans ciller le rapport et les amendements du rapport de Guy Verhofstadt par 17 votes pour, et 2 voix contre. Mardi, cela avait été au tour de la commission AFET (Affaires étrangères).

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) UE – Israël. Une délégation de haut niveau de l’UE à Gaza en juillet (maj)