Séisme à Haïti. Retour des 1ères équipes de secours. Départ d’une équipe de sécurité (Maj)

Les 38 membres de équipes USAR (Urban Search and Rescue Team) belge et luxembourgeoise doivent rentrer ce soir par l’Airbus A330 de la défense belge (1). Selon les Nations-Unies, et les équipes elle-mêmes, vu les circonstances climatiques, il reste très très peu de chance de retrouver des survivants. « Les chances de réussite étaient devenues trop minces » explique la diplomatie belge.

La protection de l’hopital en question. Une partie de l’équipe B-Fast est restée sur place pour mettre en place l’hôpital de campagne. Celui-ci « est complètement opérationnel » assure-t-on coté belge. « Mais la sécurisation de cet hôpital n’est pas encore optimale ». Les diplomates ont demandé aux Nations-Unies d’assurer une protection, dans l’immédiat. Une équipe de sécurité belge devrait les relayer. « La Défense organise actuellement le départ urgent de cette équipe » assure-t-on du coté belge. 30 miliaires des forces spéciales et de protection VIP sont ainsi partis dimanche soir.

Commentaire. Certains estimaient que la présence d’un « battlegroup » européen n’était pas justifiée. La réalité sur le terrain et l’exemple américain, comme français (qui ont mis des équipes de gendarmes avec eux), et maintenant belge, montrerait plutôt le contraire. Dès lors on peut se poser une question : ce non-engagement n’est-il pas justifié plutôt pour des raisons plus internes aux Etats qui composent actuellement les battlegroups d’astreinte (raison politique ou tout simplement budgétaire) ? En tout cas, l’Europe de la Sécurité et de Défense a perdu là une sacrée occasion…

(1)22 de B-FAST et 16 pour le Luxembourg. L’avion ramène également 66 personnes rapatriées, essentiellement des Belges mais aussi quelques Européens et Africains (Français, Congolais, ).

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

2 pensées sur “Séisme à Haïti. Retour des 1ères équipes de secours. Départ d’une équipe de sécurité (Maj)

  • 17 janvier 2010 à 00:06
    Permalink

    Cest plus que l’Europe de la Défense car en l’occurrence, il ne s’agit pas de défense mais de Sécurité au sens le plus large du terme, c’est l’Europe politique ! Car les difficultés qu’ont rencontrées les équipages européens à leur arrivée dans la zone témoignent aussi d’une énorme défaillance dans le système de négociation globale des accords requis (pour se poser, stationner, circuler, protéger, etc…. ) ! Et là, le pb est diplomatique !

  • 17 janvier 2010 à 01:41
    Permalink

    Bonsoir,
    Effectivement, l’Europe a perdu une bonne occasion d’agir unie. C’est dommage pour les Européens et surtout pour les Haïtiens… Elle peut encore se rattraper pour la reconctruction.
    Cordialement 

Commentaires fermés.