Michel Barnier : « je m’intéresserai à la défense » bien sûr

(BRUXELLES2) C’est un sujet qu’on ne peut laisser de côté. Michel Barnier, qui a en son temps présidé le groupe de travail de la Convention européenne, est bien décidé à garder un œil sur l’évolution de l’Europe de la Défense. Il l’a confirmé lors de son audition au Parlement européen et ensuite de façon plus informelle.

Autonomie de la politique de défense. En tant que commissaire au marché intérieur, il aura la charge de faire appliquer la directive sur les marchés publics de défense. Et il entend bien faire usage de ce droit : « Nous ne sommes pas condamnés à être un sous traitant de la Chine ou des Etats-Unis, à être sous influence » a-t-il expliqué. « Avoir une politique étrangère et de défense est nécessaire.»

Les offets. Interrogé par un député, il a aussi condamné sans détour les procédés de compensations dits offsets. « Les offsets sont contraires au Traité et préservent la discrimination. Pourquoi se priver de la mise en concurrence pour les marchés publics. » « Tout en respectant la sensibilité qu’ont certains pays pour ce sujet, il faut mettre fin à ces pratiques » a-t-il conclu.

La défense un sujet à suivre. En devisant à la sortie de l’audition, le commissaire a confirmé qu’il entendait s’intéresser, de façon générale, à la politique de défense, et pas uniquement sous l’angle du marché intérieur. Je suis un commissaire membre du collège et peut donc m’intéresser à tous les sujets qui viennent sur la table. Et naturellement je suivrai la politique de défense avec une attention particulière.

 

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).