Il y a cinq ans ! Trois commissaires recalés

(BRUXELLES2) C’était il y a 5 ans… Le commissaire italien Rocco Buttiglione pressenti pour le poste de la Justice fait une déclaration inappropriée sur les homosexuels. Il ne s’excuse pas vraiment.

L’affaire monte. Et le Parlement veut qu’un autre portefeuille lui soit attribué. Le gouvernement italien refuse, malgré la demande de José-Manuel Barroso. Celui-ci tente de sauver la mise en mettant en place un comité de commissaires autour de l’Italien chargé des Droits fondamentaux. Insuffisant, et trop tard ! C’est le changement même du commissaire italien qui devient nécessaire. Et même plus.

Au fil des heures, l’adoubement de la Commission semble être compromis. Il ne tient, en fait, plus qu’à un fil : l’extrême droite. L’eurodéputé Martinez (Front national) donne le baiser de la mort à la Commission en annonçant qu’il le soutiendrait.

A la dernière minute, José-Manuel Barroso retire la composition du collège puis le remanie. Franco Frattini remplac Buttiglione. Un autre commissaire est changé. La Lettone Ingrida Udre – membre de l’Union des verts et paysans – n’a pas montré un très fort enthousiasme européen. De plus, elle est impliquée dans une affaire de financement illicite de son parti. Appuyée surtout par le Premier ministre, elle est fragilisée par la démission entre-temps du gouvernement. Elle est assez vite remplacée par Andris Piebalgs. Le gouvernement letton ayant été moins têtu (et plus petit) que l’Italien. Et le cas moins médiatisé.

Quant au commissaire hongrois Laszlo Kovacs, il n’a pas convaincu au poste de l’Energie et change de portefeuille avec justement le Letton Andris Piebalgs, chargé normalement de la Fiscalité.

De cette affaire, on n’a retenu que « l’affaire  Buttiglione ». Mais le Parlement européen avait bel et bien envoyé « bouler » trois commissaires.

(Nicolas Gros-Verheyde)