L’UE étudie une mission pour soutenir les gardes-côtes du Golfe d’Aden

Les spécialistes de la gestion de crise de l’Union européenne étudient actuellement une nouvelle action dans le Golfe d’Aden et l’Océan indien, visant à doter ou renforcer l’action des Etats riverains (Djibouti, Yemen, Kenya, Somalie – Somaliland et Puntland , ….) en matière de surveillance maritime et notamment de lutte anti-piraterie. Cette action s’inscrirait dans le cadre de la Politique européenne de sécurité et de défense commune (PeSDC) et prendrait ainsi place aux cotés de l’opération EUNAVFOR Atalanta de lutte anti-piraterie – déjà lancée depuis décembre 2008 – et en complément de la mission EUTRA de formation des forces armées somaliennes – qui pourrait être lancée d’ici peu -.

Un document intitulé « Possible action for an European Union CSDP action for Regional Maritime Capacity Building In the Horn of Africa » circule actuellement. Il recense toute une série d’actions qui pourrait être soutenue par l’Union européenne (qui reprend les idées déjà développées par la Commission européenne dans son programme sur la sécurité des routes maritimes : établissement d’un centre de formation des gardes-côtes à Djibouti et d’un centre de partage d’information à Sanaa (Yemen), formation des  gardes-côtes et autres personnels maritimes, équipements, développement de la coopération régionale, et renforcement de la gouvernance maritime, etc. Une mission d’évaluation a été lancée en novembre et l’idée serait de mettre notamment en place au QG de Londres plusieurs officiers de liaison chargée de la concertation.

NB : pour la présidence espagnole de l’UE, le lancement d’une telle action au premier semestre 2010 serait un précieux acquis après la polémique développée autour la capture du thonier espagnol Alakrana en octobre dernier.


Lire également :