Eunavfor neutralise un nouveau groupe pirate dans l’Océan indien

(B2) Le navire grec, Adrias (F-459), participant à l’opération européenne anti-piraterie a arrêté un groupe de pirates, le 25 novembre, à environ 260 miles nautiques, au nord-est des Seychelles.

Ceux-ci sont fortement soupçonnés d’avoir mené l’attaque contre un cargo battant pavillon français, la veille. Celui-ci n’avait dû de n’être pas capturé à la présence à bord d’une équipe de protection embarquée, qui avait dû faire des tirs d’avertissement pour éloigner les attaquants. L’avion de patrouille maritime basé aux Seychelles était arrivé rapidement sur zone, pour retrouver la trace des pirates et avait repéré un bateau-mère. Sur ces indications, la frégate Arias s’était alors rendue sur place pour intercepter le groupe concerné.

Les Grecs ont ainsi trouvé deux bateaux et neuf personnes à bord, ainsi que tout l’attirail habituel des pirates (armes, échelles…). Le matériel a été saisi. Aucune preuve de la relation avec l’attaque ne pouvant être dûment fournie (les Européens veulent étendre le mandat d’Atalanta de saisine des pirates inclus en cas d’intention, lire modifications), les pirates ont été relâchés.

Un des bateaux pirates a été détruit. Il faut remarquer que les suspects arrêtés ne cadraient pas complètement avec les clauses de l’accord avec les Seychelles (sur le transfert des pirates) : pas de relations directe avec l’archipel (localisation, bateau ou marin ou intérêt seychellois directement menacé).

(NGV)

(crédit photo : marine grecque, archives)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).