Avant Catherine Ashton, Geoff Hoon était en piste



(BRUXELLES2) La nomination de Catherine Ashton comme Haut représentant a été, apparemment, la dernière option envisagée par les Britanniques.

Le matin du sommet, le seul point sûr était que le poste était dévolu à un social-démocrate, britannique. La position avait été avalisée par les principaux groupes du Parlement européen (pour éviter une sortie de route lors des auditions). Mais au niveau britannique, plusieurs noms ont été envisagés. Ainsi, en début d’après-midi encore, la préférence de Gordon Brown, le Premier ministre, et l’option la plus sérieusement envisagée, était de nommer à Bruxelles Geoff Hoon. Un Cv autrement plus adapté au poste de Haut représentant même
si l’homme n’est pas exempt de critiques.

Geoff Hoon : l’homme de la défense britannique. Ancien Secretaire (Ministre) à la Défense britannique de Tony Blair, durant six longues années, d’octobre 1999 à mai 2005, Geoff Hoon a assuré une bonne partie des choix stratégiques opérationnels et industriels de la Grande-Bretagne de la dernière décenne. Il a ainsi engagé les troupes britanniques en Afghanistan, dès octobre 2001, aux côtés des Américains, et surtout a lancé et supporté la campagne en Irak, où les Britanniques ont joué un rôle majeur. Il a également pris plusieurs options – comme la participation accrue du Royaume-Uni au bouclier anti-missiles Us. Après la Défense, il a été leader à la Chambre des communes (2005-2006), ministre des questions européennes (mai 2006- juin 2007) avant de devenir chef de la majorité parlementaire Labour et secrétaire aux Transports (octobre 2008- juin 2009). Bref un CV autrement plus conséquent que l’actuelle nominée, Catherine Ashton. Même si ses positions en faveur de l’intervention en Irak ou sa proximité avec les Etats-Unis aurait pu être critiquée, elle aurait suscité, sinon l’assentiment de tous, au moins le respect de la communauté diplomatico-militaire et une vision totalement différente dans le monde. Mais c’était un cadeau empoisonné…

L’affaire des frais provoque son éviction. Son nom a été barré notamment par la Commission européenne et les chefs de partis socialiste. Ceux-ci ont penché vers Ashton. Geoff Hoon a, en effet, été pris dans l’affaire des « frais virtuels » des députés britanniques qui a enflammé les médias outre-manche en avril-mai dernier, utilisant le système des résidences secondaires (ce qui permettait d’augmenter les frais qui lui été remboursés). Sa nomination a, donc, été refusée par José-Manuel Barroso qui préferait avoir un commissaire avec un passé sans tâches. Résultat… ce n’est qu’après la réunion des socialistes, vers 17h, que le nom de Catherine Ashton, est (ré)apparu, cette fois, de façon  définitive comme la seule option possible. Et l’intéressée, avertie, quelques quarts-d’heure juste avant que la nouvelle ne filtre dans la presse.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).