Les petites nouvelles de l’été à Atalanta

Durant (mes) vacances, l’opération anti-piraterie de l’UE Atalanta ne s’est pas arrêtée. Certes la mousson a réduit les attaques. Mais pas totalement. Et, entre temps, le navire amiral a changé de pavillon. L’été, en résumé…


• Sam 22 août (Atalanta UE, Golfe d’Aden) : 7 pirates désarmés dans une action combinée EUNAVFOR-Japon

Dans une action combinée entre les navires de l’opération européenne antipiraterie Atalanta et l’avion de patrouille japonais, un skiff pirate suspect a été stoppé et ses 7 pirates appréhendés. Après avoir été désarmés, ils ont été libérés (détails)

• Mer 19 août (Danemark / Kenya) : accord entre le Danemark et le Kenya

Les navires danois qui croisent dans le Golfe d’Aden ou l’Océan indien ne seront plus tenus de relâcher les suspects d’actes de piraterie qu’ils auront fait prisonniers. Ironie de la politique, la Norvège qui ne fait pas partie de l’UE et participe à l’opération Atalanta est couverte par l’accord de livraison de pirates passé entre l’UE et le Kenya. Alors que le Danemark qui fait partie de l’UE ne l’était et ne pouvait l’être. En effet, le pays de la « petite sirène » a un « opt-out » (une dérogation) en matière d’Europe de la défense, au niveau militaire, et ne peut participer aux opérations de l’UE sans un accord international. L’Absalon (L 16), navire danois de soutien, qui participait aux opérations de la CTF 150, avait dû se résoudre à plusieurs reprises à relâcher des suspects, faute de solution juridique (à deux exceptions près, une remise aux autorités yémenites et un transfert aux Pays-Bas, à la demande néerlandaise).

• Lun 17 août (piraterie, OTAN) : l’OTAN confirme sa présence dans l’Océan indien avec une nouvelle
opération dénommée « Ocean Shield » et un « mandat renforcé ».

Il ne s’agit plus seulement de lutte contre la piraterie comme avec l’opération « Allied Protector » mais d’avoir « une approche plus globale de la lutte anti-piraterie ». Concrètement, il s’agit de renforcer avec les Etats voisins (NB : Somalie, Seychelles, Yémen, Kenya…) leur capacité de lutte anti-piraterie. Une action également menée par l’Union  européenne et la Commission européenne (lire : un programme de sécurisation des voies maritimes à l’étude). Sur place,  le SNMG2, présent depuis début juillet a pris le relais du SNMG1 depuis début juillet. Avec le britannique HMS Cornwall comme navire amiral, les frégates italienne ITS Libeccio, grecque HS Navarinon, turque TCG Gediz, et le destroyer américain USS Donald Cook.

• Lun 17 août (Atalanta UE, Golfe d’Aden) : opération de sauvetage dans le Golfe.

La frégate française La Fayette (F-710) qui participe à l’opération de l’UE « Atalanta » vient au secours d’une barque en difficulté à environ 100 miles au sud-est d’Al Makalla dans le Golfe d’Aden. En panne de diesel, cette barque avec 48 personnes à bord a dérivé durant  plusieurs jours avant d’être repéré par un hélicoptère. Les  personnes ont été hissées à bord du Lafayette et remis aux gardes-côtes du Yémen (avec accord de ce pays, accord facilité par la présence de deux officiers de liaison yémenite à bord du La Fayette). Crédit photo : Atalanta

• Ven 14 août (piraterie,  UE / Otan) : attaque pirate déjouée par deux frégates Atalanta/Otan

La frégate allemande « Bremen » (opération Atalanta), rejoint par la frégate grecque « Navarion » (qui participe à l’opération de l’Otan, réussissent à déjouer une attaque contre un navire marchand turc (Elginnur Cebi), aux petites heures de la matinée. L’incident s’est produit dans le corridor de transit international dans le Golfe d’Aden, à la position 12.36 Nord 47.26 Est. Les pirates au nombre de 5 ou 6 ont interrompu leur poursuite après un tir de semonce de l’hélicoptère allemand. La frégate grecque avait mis à l’eau une de ses équipes d’approche.

• Lun 10 août (Atalanta UE / Espagne) : relais espagnol en Océan indien

La frégate espagnole « Canarias » part de son port d’attache, La Rota, en Espagne, pour aller dans l’Océan indien relever la frégate Numancia, qui participe à l’opération européenne antipiraterie « Atalanta ». « Canarias » a un équipage de 193 personnes (dont 44 sont des femmes) ainsi qu’une équipe de 16 commandos Marines (16) et deux hélicoptères Sikorsky SH60 avec leur équipe de pilotes et de mécaniens de 19 personnes. Elle doit rester 4 mois sur le théâtre d’opération.

• Dim 9 août (piraterie / Golfe d’Aden) : libération du remorqueur italien

Le remorqueur italien « Buccaneer » – aux mains des pirates depuis le 11 avril – est relâché avec ses 16 hommes d’équipage. Ceux-ci se portent « bien » selon les forces spéciales du « San Giorgio », la frégate militaire italienne qui est allée à leur rencontre. Les autorités du Puntland avaient expliqué « l’arrestation » du navire car transportant des déchets illégaux. Hypothèse rejetée par les autorités italiennes et celles du navire.  La question du versement d’une rançon fait encore débat en Italie. Le gouvernement italien nie, en effet, le versement d’une rançon de 4 millions de dollars (comme l’a dit un des pirates). Il s’en tient à sa position initiale « ni intervention militaire, ni paiement de rançon ». La version officielle est : « les pirates se sont retirés, permettant la libération des otages » (lire le communiqué, en italien).

• Sam 8 août (France / Djibouti) : nouveau chef français à Djibouti

Le général (**) Thierry Caspar-Fille-Lambie prend le commandement des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDJ). Poste primordial dans le dispositif anti-piraterie européen : c’est le plus proche de la  zone, il sert de point de ravitaillement logistique pour la plupart des bateaux, il est le lieu de formation des forces de sécurité somalienne (qui devrait débuter en septembre). C’est aussi le plus important déploiement français hors du territoire (2900 soldats en permanence). Il succède au général de brigade aérienne Philippe Lefort.

• Mar 4 août (Atalanta UE / Croatie) : le Journal officiel publie l’accord entre l’Union européenne et la Croatie pour la participation à l’opération anti-piraterie de l’UE au large de la Somalie (Atalanta). Détails.

• Mar 4 août (France / Océan indien) : changement de gouverne à Alindien

Le contre-amiral français Bruno Nielly qui était jusqu’ici directeur de cabinet du général Bentegeat, président du comité militaire de l’UE, prend ses nouvelles fonctions  d’ALINDIEN (le commandant la zone maritime de l’océan Indien). Il succède au vice-amiral Gérard Valin, en fonction depuis février 2008.

• Mar 4 août (piraterie / Golfe d’Aden) : attaque pirate dans le Golfe d’Aden

Un navire marchand est attaqué à 13h45 (GMT) par un skiff avec 7-8 pirates à bord dans la position 13.29 N, 48.45 E. L’attaque est déjouée.

• Lun 3 août (Atalanta UE / Pays-Bas) : relève du navire amiral d’Eunavfor

Le navire néerlandais HMS Evertsen assure la relève comme navire amiral du Numancia pour l’opération européenne de lutte anti-piraterie, « Eunavfor Atalanta ».

• Lun 3 août (Océan indien / UE) : libération d’un navire allemand

Le navire marchand allemand MV Hansa Stavanger est libéré après 4 mois de détention. Il est escorté par deux frégates d’Atalanta (néerlandaise et allemande). Il avait été capturé environ 400 miles du port somalien de Kismayo, le 4 avril. (crédit photo : EUNAVFOR)

• Ven 1er août (Atalanta UE / Norvège) : le navire norvégien d’Eunavfor en route vers Suez

La frégate norvégienne « Fridtjof Nansen » (F-310) part de Norvège pour rejoindre l’opération européenne anti-piraterie « Eunavfor Atalanta » dans le Golfe d’Aden et l’Océan indien. (crédit photo – Norska Försvaret).

• Jeu 30 juillet (Atalanta UE / Seychelles) : Accord en projet vers les Seychelles

Les spécialistes des relations extérieures de l’UE mettent la dernière main à un projet d’accord Sofa (présence de troupes) et de transfert des pirates vers les Seychelles.

• Jeu 30 juillet (Océan indien/OTAN) : 9 pirates arrêtés par les Turcs de l’OTAN

La frégate turque Gediz – qui fait partie d’un des groupements maritimes permanents de l’OTAN qui se relaient dans l’Océan indien – arrêtent 9 autres pirates qui s’ajoutent aux 5 déjà capturés le 24 juillet.

• Ven 24 juillet (Atalanta UE) : Le Numancia près des pêcheurs

Le navire espagnol Numancia part patrouiller dans les eaux proches des Seychelles pour assurer la sécurité des pêcheurs espagnols et français essentiellement nombreux dans la zone. Le commandant de l’opération, Juan Garat Carame rencontre l’équipage du Campolibre Alai.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).