La sécurité civile, la pièce manquante à l’UE – Puissance civile

(BRUXELLES2 / Analyse) Les récents feux de forêts en Grèce ou en Italie, les inondations à Taïwan auparavant, le crash de l’A310 de la Yemenia Airways au large des Comores, au début de l’été, le démontrent : l’action de sécurité civile si elle a pour premier objectif de sauver des vies (et/ou préserver l’environnement) est aussi un acte, à visée hautement diplomatique, surtout quand il se produit hors de l’Union européenne.

Un exercice de haute politique

L’intervention démontre, d’une part, la présence aux cotés des victimes et des parents, des citoyens. Elle manifeste aussi (et surtout) au(x) pays directement touché(s) de la région, la preuve de la capacité d’intervention, de la puissance du pays (de l’Union européenne quand c’est le cas) qui envoie les forces. En soi, c’est donc un acte politique pur. A l’occasion d’une catastrophe, cela permet de renouer des contacts, d’ouvrir une nouvelle phase de relations ou de fermer la page d’une querelle ancienne, avec un pays tiers.

NB : Quand l’intervention se produit à l’intérieur de l’UE, elle est une marque d’une solidarité, d’une solidité du continent, qui a valeur d’exemple à la fois de l’unité politique et de la capacité d’action opérationnelle.

Entre la PESD et l’action humanitaire

La protection civile constitue ainsi le maillon manquant de la gestion de crises : entre les missions de la PESD qu’elles soient sous forme d’interposition militaire (type Tchad) ou civile (type Géorgie ou Gaza), de rétablissement de l’Etat de droit (Kosovo, Iraq ou Congo) et les missions d’aide humanitaire proprement dit (menée par Echo) ou de développement, elle constitue une marque de puissance civile. Certes cette vision peut paraître très française et peu partagée par tous en Europe.

L’excellent papier de Michel Barnier, remis à la Commission européenne, il y a trois ans, en mai 2006 (télécharger ici), avait été reçu franchement à l’époque, et rangé soigneusement sur une étagère, considéré comme trop démesuré à certains. Plus récemment, lors de la présidence française, certains Etats membres s’étaient opposés à un concept commun d’évacuation des citoyens à l’étranger (lire un exercice à défaut de concept). Mais peu à peu, les esprits évoluent. Et le débat idéologique s’amoindrit.

Une évolution des esprits nécessaire

Le Royaume-Uni, la Suède et (dans la mesure de leurs moyens), la Pologne ou la Bulgarie sont devenus des supporters de cette politique. Il ne s’agit pas d’une vision continentale opposée à une vision atlantiste, car les Etats-Unis ont déjà tracé la voie, ou d’une Europe intégrationniste opposée à l’Europe des Nations. Car, effet (bénéfique?) de la crise économique, la plupart des Etats ont compris qu’ils ne  pouvaient plus entretenir des forces trop surévaluées, pesant trop lourd sur leur budget. La solution est alors (pour ce surplus utilisable quelques jours par an) de mutualiser certains moyens pour, dans les cas exceptionnels, pouvoir faire appel au voisin, voire à des moyens disponibles (de façon fédérale) au niveau de l’Union européenne. Là réside encore le débat. La volonté de la présidence suédoise de développer la gestion civile des crises (lire le papier de Malmström) est à remarquer.

En espérant que cette fois-ci, le débat ne s’enlisera pas et que des solutions pratiques, pragmatiques surgiront… comme en matière de feux de forêts (en Grèce) où la mutualisation temporaire de Canadair pour les feux de forêt montre son utilité (même si elle n’est pas encore parfaite).