(exclusif) Les passagers du Tanit avaient été prévenus du danger

(A Djibouti) Au quartier général d’EUNAVFOR Atalanta, un responsable de l’opération européenne anti-pirates fulmine : « les passagers du yacht pris en otage par les pirates (NB : Le Tanit apparemment) avaient été prévenus il y a quelques jours par le Floréal (NB : la frégate française de l’opération) qu’ils entraient dans une zone très dangereuse et qu’il valait mieux l’éviter. Car le risque d’attaque de pirates était grand. Malgré cela, ils y ont été. Les gens sont vraiment inconscients Et, en plus, avec un enfant de trois ans. C’est de la folie. On ne peut pas les empêcher par la force. Mais il faut vraiment que les amateurs de mer prennent conscience. Certes, nous sommes la pour assurer leur sécurité. Mais nous ne pouvons pas tout faire. La chance qu’ont connues les passagers du Ponant ou du Carré d’As (l’année dernière) risque de ne pas se reproduire tout le temps ». Et effectivement, tous les militaires présents dans la zone le confirment : « une intervention armée, une fois que les pirates sont à bord, est toujours dangereuse ».

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).