Bernardette Vergnaud, pour une autre Europe

(paru dans Ouest-France, mars 2009) La nouvelle tête de liste pour la circonscription « grand ouest » aux élections européennes est une inconnue dans nos régions. Et pour cause. Bernadette Vergnaud est poitevine. Et elle ne s’en cache pas. Mais elle n’est pas une parachutée. Militante de base du PS dans le Poitou, conseillère municipale puis adjointe au maire de Poitiers et députée européenne, cette proche de Ségolène Royal compte bien d’ailleurs faire une campagne active en Bretagne et dans les Pays de Loire, avec ses colistiers. Ancienne professeur de latin, cette creusoise d’origine a su se fondre rapidement dans le panorama européen, multilingue, où il faut être présent, dépasser les clivages politiques, tout simplement pour gagner des majorités. Mais elle a su garder de sa profession d’origine un atout : «  être pédagogue ». Et c’est ce qu’elle entend faire durant cette campagne. A commencer par dépasser les clivages internes, nombreux au PS. « Il faut en finir avec le débat sur le Oui et le Non à la Constitution, c’est dépassé », explique-t-elle.  « En temps de crise, un pays tout seul ne peut rien. Il faut davantage d’Europe. Mais pas n’importe quoi. Nous voulons davantage de solidarité, pas davantage de marché ». Pour autant, elle n’est pas tendre avec ceux qui critiquent sans cesse Bruxelles sans rien proposer. « Si on veut une autre Europe, il faut changer les majorités. Si on reste comme çà avec un Parlement à droite, une Commission européenne à droite, rien ne changera. La seule chance, c’est d’avoir une majorité de gauche, pour faire bouger les lignes et imposer un autre candidat à la tête de la Commission que l’actuel José-Manuel Barroso qui est un véritable désastre… ».

(NGV)