Eunavfor en retard d’une guerre. Celle de l’information

Eunavfor en retard d’une guerre. Celle de l’information

Share


(B2) Il aura fallu presque 48 heures pour que le QG d’EUNAVFOR se décide à faire un communiqué de presse sur l’arrestation de pirates par un de ses navires – la frégate allemande. Et encore cette information est restée très parcellaire. La question du sort des pirates (soumis à la décision nationale de Berlin) par exemple n’est même pas mentionnée, alors qu’elle a déjà été rendue publique par la Bundeswehr !

Autres exemples : il aura fallu presque 5 jours pour annoncer la décision officielle du gouvernement norvégien de rejoindre l’opération. Alors que tous les médias dignes de ce nom l’avaient annoncé au moins le lendemain(1) Etc. Quant à la décision du Conseil fédéral suisse d’envoyer 30 hommes, c’est tout simple, elle n’a même pas été annoncée autrement que par les Suisses!

Il est aussi étonnant que certaines nouvelles importantes – relaxe de prisonniers, par exemple, accord avec le Kenya, etc. – soient passées sous silence. Il n’y a même pas de bilan, ni de liste des bateaux ou des moyens engagés, Etc.

On peutlégitimentse demander à quoi sert un officier de communication ? On peut même se poser la question : pourquoi une telle incompétence ? …

(NGV)

(1)Au passage, remarquons que toutes ces communications se font en anglais, en infraction donc avec les règles en usage à l’Union européenne qui prône un multilinguisme minimal de 2 ou 3 langues de travail (français et allemand).