Un cadre de coopération avec la Chine, la Russie et l’Arabie saoudite


(B2)L’Union européenne s’apprête à avaliser, vendredi 30 janvier, un cadre de coopération pour la lutte contre les pirates dans l’Océan indien, avec trois pays – Russie, Chine, Arabie Saoudite. Il s’agit comme l’a recommandé le chef d’opération, le Contre-amiral Jones, de faciliter l’échange d’informations entre le QG et les navires européens engagés dans l’opération EUNAVFOR Atalanta. Situation des navires, attaques lancées, réussies ou déjouées, retours d’expérience sur le modus operandi des pirates… Toutes informations nécessaires à la bonne marche des opérations et à son efficacité. En pratique, de telles informations étaient déjà échangées, par exemple entre navires russes et européens. Mais de façon tout à fait informelle. Ce cadre vient formaliser la pratique. Et surtout le compléter. Le retour d’expérience étant notamment essentiel dans ce type d’opérations. La Russie a été présente, très vite dans la zone, dans l’opération internationale anti-piraterie. La Chine vient d’y arriver.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).