Un centre d’information-coordination maritime pour les navires civils

Un centre d’information-coordination maritime pour les navires civils

Share

 (B2)En même temps que l’opération militaire EUNavfor (Atalanta), l’Union européenne met en place un Centre de sécurité maritime pour la Corne de l’Afrique (MSC-HOA). Qui succède en quelque sorte à la cellule EU Navco – mise en place en septembre.  L’objectif, comme le décrit la décision du Conseil est d’assister les marins présents dans le Golfe d’Aden, au large de la Somalie et de la Corne de l’Afrique, en leur donnant une image aussi précise que possible des risques possibles dans les eaux traversées, comme prévu par les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU (voir en dernier lieu la 1846).

Le Centre, pourvu de militaires et de personnel de la marine marchande de plusieurs pays, sera en étroite coordination avec les forces militaires opérant dans la région (notamment celles d’Eu Navfor) et fournira un soutien et la protection aux marins. Afin de connaître les destinations des navires marchands transitant dans la région, le MSC-HOA recommande aux propriétaires ou capitaines de navires, d’enregistrer, via un site web – de manière sécurisée – les positions de leurs navires. Ils peuvent, dans le même temps, recevoir également des alertes, et toutes les informations et conseils propres à réduire le risque d’attaques de pirates. Ce site fonctionnera en étroit lien avec les autres organismes (notamment liés à l’Organisation maritime internationale)

Comme l’opération, le MSCHOA est placé sous l’autorité de l’amiral Philip Jones, basé à l’OHQ de Northwood (Royaume-Uni). Il démarrera le 8 décembre à 8h00. N’espérez pas une réponse avant. Vous risqueriez de recevoir ce message : « OP ATALANTA is still establishing full operational capability, at which time 24/7 cover will be commenced. The HQ is closed until Monday 8th – 0800 hours, when you will receive a response to your message »…

Notons que cette création est assez originale dans le cadre des missions européennes de défense. C’est ainsi la première fois qu’une opération militaire met à la disposition, de façon aussi transparente, des principaux acteurs économiques concernés un service particulier d’information et de renseignement.

(NGV)