Welcome Paul Kernaghan! chef de la mission Eupol Copps (Palestine)

Welcome Paul Kernaghan! chef de la mission Eupol Copps (Palestine)

Share


(B2)C’est un Britannique (d’Irlande du Nord), au caractère bien trempé, Paul Kernaghan, qui devrait prendre la tête de la mission civile de l’UE de soutien à la police palestinienne (Eupol Copps), en janvier. Il remplace Colin Smith, un autre Britannique qui a également servi un temps en Irlande du Nord, et était en poste depuis janvier 2007 à la mission.

Kernarghan était, jusqu’à tout récemment, octobre 2008, chief constable à la police du Hampshire (sud-est de l’Angleterre) depuis septembre 1999. Il a commencé sa carrière en 1978 à la
fameuse RUC – la Royal Ulster Constabulary, en Irlande du Nord – avant de passer à la West Midlands Police (1991) puis d’être nommé comme Assistant Chief Constable, dans la North Yorkshire Police (1995). Après son poste au Hampshire, il devait prendre sa retraite. Mais il n’avait  pas caché qu’à 52 ans, il ne se voyait pas rester tranquillement chez lui dans un fauteuil. « Je veux continuer à travailler intellectuellement, sinon je deviendrai fou » expliquait-il à nos confrères du Daily Echo.

L’homme n’a pas sa langue dans la poche. Comme coordinateur international de la puissante « Association of Chief Police Officers » (ACPO), il avait critiqué les failles de planification après la guerre d’Irak, en venant témoigner devant la commission de la Défense de la chambre des Communes en 2005. Il avait notamment déclaré que la police britannique n’avait pas été consultée sur le rôle qu’elle pouvait jouer dans la reconstruction du pays déchiré par la guerre. La même année, il
avait dénoncé les « peines clémentes » prononcées par les tribunaux britanniques, soulignant qu’il était nécessaire d’avoir des peines effectives – et que la police était démoralisée par le comportement de la justice. De façon assez ironique, il avait aussi avoué que le respect de l’interdiction de la chasse au renard n’était « effectivement pas une priorité » pour la police… Encore avant de quitter ses fonctions, il s’était prononcé « pour une restructuration radicale de la police. « Je pense que nous devrions passer à une force de police nationale pour l’Angleterre. Il est tout simplement illogique d’avoir 43 forces. Et je pense qu’il y a d’énormes économies à faire. C’est un grand débat qui devrait avoir lieu. Et je suis très déçu de voir que les hommes politiques de tous les partis se dérobent à cela. Je suis sûr que d’ici cinq ans, ce sujet reviendra à l’ordre du jour » avait-il ajouté…

Un sacré personnage!  Kernaghan a également présidé le syndicat des officiers de police, « Chief Police Officers Staff Association »(CPOSA). Et dans cette fonction, il avait aussi défrayé la chronique du Sun qui avait révélé son alias : « Gene Hunt », de « Life on mars ». Un pseudonyme utilisé pour obtenir des informations sur les bonus obtenus pour les investigations ainsi que les avantages (voitures, assurance santé, primes scolaires) payés à certains officiers supérieurs de la police. Ce subterfuge (légal au Royaume-Uni où l’on peut demander, lors de l’accès à certaines informations, de voir son identité masquée) avait été utilisé car en faisant la demande, précédemment, sous son nom officiel, il s’était heurté à une fin de non-recevoir.  Les renseignements permis avaient permis de mener à bien les négociations salariales de l’APCO. Encore aujourd’hui, il est furieux contre le secrétaire du Home Office (le ministre de l’Intérieur), critiquant vertement « la manière dont le secrétaire a traité les salaires de la police l’année dernière. Les agents de police ont tous la même qualité ». Décider de certaines primes de façon arbitraire était une « décision illogique et indéfendable ».

(NGV)

(Photo : BBC / Hampshire Police)