Deux hélicoptères irlandais interdits de mission ?

Deux hélicoptères irlandais interdits de mission ?

Share

(BRUXELLES2) Les hélicoptères loués par le ministère de la Défense irlandais pour les besoins de l’opération Eufor au Tchad – deux hélicoptères Mi-8T – ne peuvent emporter des passagers, même le personnel militaire. (du moins normalement) L’interdiction émane du secrétaire général du ministère irlandais de la Défense, Michael Howart. Loués pour 2,5 millions € sur les dix mois de la mission à une société privée britannique, Air Partner Commercial Jets, ces appareils n’étaient, en effet, pas homologués aux normes européennes pour prendre des passagers. Les seules missons qu’ils peuvent faire sont le transport de fret et des évacuations médicales, rapporte la presse irlandaise (Irish independant, Irish Times).

Cette décision suscite quelque émoi en Irlande. Et une enquête interne est en cours au Ministère de la défense pour savoir comment on a pu en arriver à cette « absurdité ». Bernard Allen, président du Comité des comptes publics, et membre du Fine Gael, ne comprend d’ailleurs toujours pas comment « personne dans le Département de la défense n’a pu vérifié que les deux hélicoptères Mi-8Ts, ne sont pas autorisés à transporter des passagers. Seán Fleming (du Fianna Fáil, parti au pouvoir) ne dit pas mieux. il s’agit d’un manque de capacité de négociation commerciale au sein de la fonction publique. « Au fil du temps, nous avons assisté à de mauvais contrats entre les irlandais de service public et les opérateurs commerciaux privés ».

Le même type d’hélicoptère avait été utilisé dans de précédentes missions des Irlandais, au Liberia par exemple, sans susciter de problème, se défend le ministère de la Défense. Mais il s’agissait à l’époque d’hélicoptères militaires. Cette fois, les hélicoptères sont civils, loués à une société commerciale, et leur configuration dans une opération européenne doit être conforme aux règlements de l’UE.

NB : de façon générale, la question des différences de normes d’emploi des appareils est un véritable casse tête pour les responsables « transport » d’Eufor au Tchad. Ainsi ils ont (enfin) obtenu que les Casa 295 espagnols puissent se poser sur les pistes plus sommaires de Forchana, Goz Beida ou Iriba. Ce qui n’était pas prévu au départ. L’Espagne a ainsi accepté « de faire preuve de souplesse par rapport aux règles d’atterrissage » (ce qui n’est pas sans danger pour les avions) et « la formation des pilotes a été renforcée » a confirmé, récemment, le général Leakey, chef de l’Etat-Major de l’UE.

(NGV)