Le nom de l’opération EuNavFor en Somalie est… (et autres nouvelles)

(B2)L’opération Eunavfor devrait porter le nom de code « Atalanta ». Le général Bentegeat, président du comité militaire, l’a confirmé. Précisons que c’est ainsi la proposition britannique qui est retenue. Ce n’est que justice d’une certaine façon puisque les Britanniques vont commander l’opération.

Le commandement de force pourrait être assuré par rotation entre un officier Grec, Néerlandais ou Espagnol, selon les bateaux présents dans la zone. Le principe retenu pour l’opération serait en effet que le commandant de force sera sur un des bateaux présents dans la zone.

Participation internationale. A ce jour, plusieurs pays supplémentaires ont indiqué qu’ils pourraient se joindre à la force de l’Union. L’Egypte et le Maroc (qui disposent d’une importante flottille de pêche) pourraient envoyer au moins une frégate. Même Israël – présent sur quelques îlots inhabités – pourrait discrètement participer à l’opération en procurant une aide logistique (ravitaillement, renseignement…)…

Pénétration dans les eaux territoriales somaliennes. Selon les informations transmises à New-York, par le Gouvernement provisoire somalien (GFT) au secrétariat général de l’Onu, sept Etats ont fait une offre de collaboration dans la lutte contre la piraterie : trois de l’Union européenne (Danemark, Espagne, France) et quatre hors UE (Canada, Etats-Unis, Inde, Russie). Selon les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU 1816 et 1838, ces pays peuvent ainsi pourchasser les pirates dans les eaux territoriales somaliennes.

(NGV)

NB : On peut remarquer qu’aucun des trois pays de la force SNMG2 de l’Otan (Grèce, Italie, Royaume-Uni) ne figurent pour l’instant parmi ceux-ci. Ce qui signifie que ceux-ci n’ont aucun droit de pénétrer dans les eaux territoriales somaliennes pour poursuivre des pirates… (Lire aussi : Entre l’Otan et l’Ue, un nouvel accord est nécessaire)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.