Une action sur les parachutes dorés demandés par les 27

(B2)Les chefs d’Etat et de gouvernement réunis aujourd’hui à Bruxelles tentent de trouver une solution à la crise financière, d’accorder leurs violons sur le paquet climatique et de définir la composition du groupe des Sages chargés de réfléchir au futur de l’Europe.

Au passage, ils devraient adopter un petit paragraphe qui sonne la fin d’une certaine époque… Comme l’a dit Nicolas Sarkozy hier, il faut « redéfinir le capitalisme », « un nouveau Bretton woods », « une régulation internationale »…

Les 27 demandent un action sur les parachutes dotés et le stocks options

Il y a encore quelques semaines, tout ceci n’était que pure « spéculation » comme aime à le dire le porte-parole de José-Manuel Barroso, quand on lui pose une question gênante. Aujourd’hui, cela devrait être inscrit – noir sur blanc – dans les conclusions du sommet européen. (…)

En vue de tirer les leçons de la crise et de restaurer la confiance du public, le Conseil européen appelle avec force à la responsabilisation de tous les acteurs du système financier, notamment du secteur bancaire. Il souligne que la performance réelle des dirigeants d’entreprises doit se refléter dans leur rémunération, y compris les indemnités de départ (« parachutes dorés ») qui devraient être fonction de la contribution effective du dirigeant à la réussite de la société. De la même manière, il convient de veiller à ce que le bénéfice de stock options ou le système des rémunérations, notamment dans le secteur financier, n’entraînent ni une prise de risques excessive ni une extrême focalisation sur les objectifs de court terme. Le Conseil européen appelle les Etats membres à œuvrer pour l’application de ces principes et demande au Conseil de lui faire rapport sur les décisions prises avant la fin de l’année. (…)


(NGV)