Une nouvelle résolution à l’ONU pour la lutte anti-pirates

Share

(B2)Le Conseil de sécurité de l’Onu a voté, le 7 octobre, à l’unanimité, une nouvelle résolution sur la lutte anti-piraterie en Somalie (résolution 1838), après celle votée en juin (résolution 1816, (1)).

Ce texte a plusieurs intérêts :

– il permet le déploiement de navires de guerres ET (surtout) de moyens aériens pour lutter contre la piraterie au large de la Somalie. Il autorise ainsi l’intervention non seulement « au large des côtes » (la résolution 1816 autorisait de pénétrer dans les eaux territoriales) mais aussi dans « l’espace aérien surjacent ». Ce, sans limite de durée.

– il indique la volonté du Conseil de sécurité de reconduire la résolution 1816 (limitée à 6 mois).

– il incite à la coordination non seulement les Etats mais aussi les organisations régionales – agissant dans l’usage de la force, la prévention de la piraterie ou l’assistance technique aux autorités somaliennes.

– il demande (à nouveau – (voir la résolution 1814)) aux Etats d’assurer la « protection des convois maritimes du Programme alimentaire mondial ». Cela « revêt une importance vitale pour l’acheminement de l’aide humanitaire à la population somalienne » est-il mentionné.

Ce projet – porté par la France au nom de l’Union européenne – a été soutenu par une dizaine de pays européens (Belgique, Croatie, Danemark, Grèce, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Norvège, Portugal, Espagne, Royaume-Uni) ou non (Japon, Malaise, Corée, Panama et Etats-Unis). Seule fausse note : l’Afrique du Sud qui a finalement voté pour la résolution tout en estimant que l’urgence était aussi d’aider le gouvernement de transition. Même préoccupation de l’Indonésie qui a souligné que la piraterie n’était pas le seul problème, mais une part de l’instabilité du pays, et qu’il fallait pousser à une solution politique en Somalie.

Pour lire, la résolution 1816 (juin 2008), la résolution 1814 (mai 2008), allez sur la page « Textes – piraterie maritime« 

(1) Lire aussi :