Les préparatifs de la mission EUMM Georgia en images

(BRUXELLES2)Une mission européenne de défense quand elle démarre, cela parait bien ordinaire. Il faut aménager le batiment, l’extérieur, et l’intérieur. Installer chaises, tables, cloisons, relier les téléphones, etc. Puis aménager le PC de permanence : une carte suffisamment grande de la zone, radios, ordinateurs… Avant que cela soit opérationnel et présentable, cela ressemble donc plus à un campement de vacances où arrivent les uns après les autres  Puis ensuite, il s’agit de prendre contact avec les autorités du pays, faire quelques déclarations aux médias, dans différentes langues. Et enfin réceptionner les premières troupes constituées qui vont aller sur le terrain. Dans cette vidéo – l’arrivée des véhicules et des observateurs italiens. On peut remarquer que les carabinieri tout encore empreints de leur corps militaire n’ont pas vraiment eu le temps d’enlever leur uniforme et ont gardé la gestuelle militaire qui, d’ordinaire, est laissée de coté dans les missions civiles de l’UE.

Les Français, arrivés le 24 septembre, se sont déployé sur le secteur de Gori – qui inclut la zone tampon entre Géorgie (intérieure) et Ossétie du sud. Une équipe de cinq officiers assure le commandement de l’unité régionale et les 31 gendarmes forment 6 des 12 « unités d’observations ». Les autres unités étant assurées par des effectifs bulgare, polonais, maltais et luxembourgeois.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).