Un « sommet » pour renforcer la lutte contre l’exclusion des Roms

(B2) Un premier sommet européen des Roms se tient à Bruxelles le 16 septembre. Il va permettre d’examiner les mesures permettant de renforcer l’inclusion des Roms (*) dans la société, comme l’avait préconisé dans un document publié au début de l’été la Commission européenne. Pour Vladimir Spidla, le commissaire européen pour l’Emploi, les Affaires sociales et l’Egalité des chances, en effet « l’intégration des Roms est nécessaire à la cohésion sociale. Car lorsqu’un groupe se retrouve en périphérie, c’est tout le corps social qui s’effrite.
»
La Commission a préconisé plusieurs voies d’action:
– En premier lieu, il s’agit de mieux appliquer les règles communautaires, notamment les directives anti-discriminations de 2000. « Les instruments et politiques sont « adéquats ». Mais leur application dans les Etats membres reste « lacunaire », souligne le rapport. La stratégie fondée sur la défense des droits doit pouvoir s’appuyer sur un « environnement favorable » comme les
organismes chargés du respect de l’égalité (comme la Halde en France).
– Ensuite, il faut avoir « recours aux fonds structurels, une ressource « essentielle pour vaincre l’exclusion » estime la Commission.
– Enfin, il faut « tirer les enseignements des projets réussis et des pratiques exemplaires ». Le rapport estime ainsi que les « meilleurs résultats » ont été obtenus par des « programmes intégrés s’attaquant à toute la panoplie des problèmes et non à l’un d’entre eux seulement ». Il cite par exemple le programme « ACCEDER » en Espagne qui a permis plus de vingt mille contrats de formation professionnelle sur mesure conclus avec les roms.

(NGV)