L’armée britannique a de plus en plus de mal à recruter…

(B2) … C’est un rapport du très sérieux comité « défense » de la Chambre des Communes qui l’affirme. L’armée britannique a de plus en plus de mal à recruter et à conserver ces recrues. Le nombre de personnes qualifiées rejoignant les militaires diminue. Le nombre de militaires rompant leur contrat avant terme augmente.

Le rythme des opérations en cause. Cette tendance n’est pas nouvelle. La différence est maintenant – note le rapport – que « nos forces armées fonctionnent à un tempo plus élevé que jamais auparavant mais les engagements (nb : en Irak et Afghanistan) dépassent les niveaux pour lesquels elles ont recrutées ». Ce qui met le personnel de service sous une pression extrême et contribue à l’augmentation des démissions. Les points critiques où il manque du personnel augmentent, le rapport en dénombre 25. Les conditions de travail, l’impact du tempo opérationnel (‘intervalle entre les opérations, etc.), l’absence de prévisibilité et le mauvais équilibre vie privée / vie professionnelle ont des « conséquences graves pour le personnel et leur famille », et sont un facteur important dans la décision de départ anticipée.

Des mesures insuffisantes.
Si certaines mesures ont été présentées, pour améliorer la situation, la « situation de l’effectif ne s’améliore pas », s’inquiètent les députés. Ils recommandent d’améliorer la situation du logement, de créer des ponts entre société militaire et civile par de meilleurs programmes de gestion de ressources humaines, de renforcer les équipes de recrutement et les services sociaux des armées, de réorganiser la grille de salaires (télécharger le rapport).

(NGV)