Eulex Kosovo: la situation se débloquerait-elle ?

… En tout cas on sent une évolution de langage chez les Serbes. « La Serbie n’est pas contre la présence d’une mission

civile de l’UE sur son territoire, mais l’aval de la Serbie et du Conseil de sécurité de l’ONU est
indispensable », vient de déclarer, à Moscou, le 17 juillet, le ministre serbe des Affaires étrangères, Vuk Jeremic à
l’issue d’une rencontre avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

Selon ce que rapporte l’agence de presse Novosti, il aurait ajouté : « La Serbie ne prendra pas de décision portant atteinte à sa souveraineté, violant la résolution 1244 du Conseil de sécurité de
l’ONU ou qui ne soit pas le résultat de négociations et d’un compromis ». Avant d’expliquer que l’envoi d’une mission civile dans la province serbe à majorité albanaise du Kosovo, qui a proclamé
unilatéralement son indépendance le 17 février dernier, devait être décidé au cours de négociations. « C’est le seul moyen d’assurer la stabilité au Kosovo ».

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).